fbpx

Escarres chez les seniors : conseils et prévention

Une personne âgée se tenant le coude dû à ses escarres

Les escarres, aussi appelées ulcères de pression, sont des lésions cutanées qui se développent sur des zones du corps où la peau est soumise à un appui prolongé et à des frottements. Elles touchent essentiellement les seniors, alités ou en fauteuil roulant. Mais comment se forment précisément les escarres ? Quels en sont les symptômes ? Comment les prévenir et les traiter ? CetteFamille, entreprise de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans l’accueil familial et les colocations seniors, vous dit tout ce que vous devez savoir. 

Escarre chez la personne âgée : définition

Une escarre chez une personne âgée correspond à une nécrose locale de la peau et des tissus. Elle est la conséquence de l’interruption de la vascularisation d’une zone en raison d’une immobilisation ou d’un alitement prolongé. Les escarres apparaissent sur des zones de pression où les os sont proches de la surface de la peau telles que les hanches, le sacrum, les coudes ou les talons.

Comment se forment les escarres ?

Les escarres se forment lorsque les tissus mous sont comprimés de manière prolongée entre une saillie osseuse et un support dur, entraînant une mauvaise oxygénation des tissus. Cela se produit lorsque la personne âgée se trouve dans l’incapacité de bouger.

Les facteurs de risque sont de deux types : extrinsèques et intrinsèques. Parmi les facteurs extrinsèques on peut citer : la pression, la macération (souvent présent dans une situation d’incontinence et de port de couches) et le frottement. Parmi les facteurs intrinsèques, les principaux sont : l’immobilisation prolongée du patient, la dénutrition et la déshydratation

Quels sont les signes et symptômes des escarres ?

Les escarres peuvent évoluer à différents stades, chacun présentant des symptômes spécifiques. Il est à noter que les escarres chez les seniors peuvent entraîner d’importantes douleurs physiques, une infection locale et une souffrance morale face à la perte d’autonomie. Une identification précoce permettra d’éviter toute complication.

Identification précoce des escarres

Les escarres commencent généralement par l’apparition d’une rougeur persistante de la peau chez le patient. La peau peut également être chaude, ferme ou douloureuse au toucher. 

Dès l’apparition de signes de formation d’escarre, il est recommandé de consulter un professionnel de santé afin d’empêcher leur aggravation et pour favoriser leur guérison.

Différents stades des escarres

Il existe 4 stades d’évolution des escarres : 

  • Stade 1 : l’épiderme est touché et présente une rougeur persistante malgré la suppression de la compression.
  • Stade 2 : à ce stade, le derme est touché. La peau peut présenter des lésions ou des abrasions superficielles, des cloques ou une érosion cutanée. La peau est endommagée mais les lésions ne pénètrent pas encore la couche sous-cutanée.
  • Stade 3 : à ce stade l’épiderme, le derme et les tissus mous sont touchés. L’escarre de stade 3 peut se traduire par la formation d’un ulcère ouvert avec une perte de tissu cutané. 
  • Stade 4 : au stade le plus avancé, les lésions s’étendent jusqu’aux tissus sous-cutanés. Les muscles sont touchés et la plaie peut aller jusqu’à l’os. Cette escarre profonde peut entraîner une nécrose tissulaire, une cavitation (trou) et des complications graves telles que des infections osseuses (ostéomyélite).

D’autres symptômes peuvent être associés aux escarres : des douleurs, le gonflement de la zone touchée, un écoulement de liquide à partir de la lésion, une mauvaise odeur provenant de la plaie et une sensation de démangeaison.

Comment prévenir efficacement les escarres ?

Pour prévenir les escarres, il est nécessaire de prendre en compte les facteurs de risque que sont : une mauvaise hygiène, une immobilisation prolongée, la dénutrition (favorisant une carence du derme en nutriments), la déshydratation (entraînant un risque de diminution de la distribution du sang oxygéné), etc.

Adopter de bonnes pratiques d’hygiène

Comme vu précédemment, la macération est souvent l’une des causes du développement des escarres. Afin de la combattre, il convient de veiller à ce que le patient ait une bonne hygiène cutanée. Pour cela, la peau doit être propre, sèche et bien hydratée (à l’aide d’une crème protectrice). Lors du nettoyage, il faudra utiliser un savon neutre pour éviter toute irritation supplémentaire. En cas d’incontinence urinaire et de port de couche, un changement régulier et un rinçage à l’eau sont préconisés. 

Importance du repositionnement régulier

Dans l’idéal, il faudrait que le patient affecté puisse changer de position régulièrement (toutes les deux heures lorsque le risque de voir se développer des escarres est élevé, toutes les quatre heures pour le risque moyen) afin de soulager la pression sur les zones à risque (talons, coudes, hanches, bas du dos).

Utilisation de matelas et coussins adaptés

Pour les patients présentant un risque modéré de développer des escarres, il est conseillé d’utiliser des coussins de position dans le lit ou le fauteuil, et d’utiliser un matelas anti-escarres en mousse. Pour les patients présentant un risque élevé de développer cette pathologie, il est recommandé d’utiliser un matelas à air dynamique avec capteurs de pression incorporés. Ces aides à la prévention des escarres, matelas et coussins, permettront de répartir la pression et de réduire les points de friction.

Gestion de la nutrition et de l’hydratation

Pour prévenir la formation des escarres, l’adoption d’une alimentation saine et d’une bonne hydratation est primordiale pour favoriser la santé de la peau et la cicatrisation des plaies. Il est conseillé d’adopter un bol alimentaire varié : des fruits et légumes variés, des céréales complètes (blé, riz, avoine, quinoa, sarrasin, épeautre), des protéines maigres (viandes maigres, poissons, œufs, légumineuses), des produits laitiers faibles en matière grasse, des fruits à coque (noix, noisettes, amandes, pistaches) et des graines. En matière d’hydratation, il est recommandé de boire de l’eau régulièrement sans attendre d’avoir soif et de consommer environ 1,5 litres d’eau par jour (ce qui correspond à la quantité d’eau moyenne qu’un senior est en mesure d’éliminer).

Surveillance de l’état de la peau

Il convient également de surveiller étroitement les zones cutanées à risque pour détecter tout signe précoce d’escarre comme une rougeur ou un changement de couleur de la peau. Les escarres peuvent passer rapidement d’un stade à un autre. Or cette évolution rapide peut générer des complications. Il est donc nécessaire dès l’apparition des rougeurs de surveiller quotidiennement l’état de la peau et de traiter rapidement la lésion. 

Pour déceler l’apparition de ces ulcères de pression, une observation régulière de la personne âgée est nécessaire. Pour les résidents en EHPAD, cette observation peut se faire par le personnel soignant (en particulier les infirmières et aides soignantes) lors de la réalisation des gestes d’accompagnement et de soins quotidiens. Lorsque le senior vit chez lui, les aidants jouent un rôle crucial.

Comment traiter les escarres déjà formées ?

Le traitement des escarres dépend du stade de la lésion et de la santé générale du patient. Mais quel que soit le stade de l’ulcère de pression, il est recommandé de : 

  • Lever les pressions sur la zone affectée : cela peut nécessiter des changements réguliers de position et l’utilisation de matelas spéciaux et de coussins de position pour réduire la pression.
  • Nettoyer et panser la plaie : pour prévenir les infections, la plaie devra être nettoyée en douceur (au savon neutre). Pour protéger la plaie et favoriser la cicatrisation, des pansements spéciaux peuvent être utilisés, comme les pansements hydrocolloïdes ou ceux à base d’argent.
  • Contrôler l’infection : si la plaie est infectée, un traitement antibiotique peut être nécessaire pour contrôler l’infection.  
  • Améliorer les apports hydriques et nutritifs : une alimentation équilibrée (riche en protéines, vitamines et minéraux) et une bonne hydratation sont importantes pour la cicatrisation des lésions. 
  • Gérer la douleur : les escarres peuvent être douloureuses dans les stades avancés. Dans ce cas, des analgésiques peuvent être prescrits.
  • Chirurgie : dans les cas les plus graves qui ne répondent pas aux traitements conservateurs, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer les tissus endommagés et favoriser la cicatrisation. 

Il est important de consulter un professionnel de santé dès que possible pour évaluer et traiter les escarres de manière appropriée. Un traitement précoce peut aider à prévenir les complications graves et à favoriser la guérison des escarres.

Quel est le rôle des aidants dans la gestion des escarres ?

Le rôle des aidants dans la gestion des escarres, en particulier pour ceux dont le proche aîné a fait le choix d’un maintien à domicile, est crucial pour prévenir l’apparition de ces ulcères de pression, favoriser leur guérison, mais aussi pour apporter un soutien émotionnel aux personnes atteintes. 

En matière de prévention, les aidants devront surveiller attentivement la peau de leur proche pour détecter tout signe précoce de lésion, comme une rougeur ou une décoloration. Ils pourront également aider les personnes à mobilité réduite à changer régulièrement de position, à positionner des coussins ou matelas anti-escarre, et à maintenir une bonne hygiène cutanée. 

En cas d’escarres existantes, les aidants devront en particulier surveiller l’évolution de la lésion pour éviter toute complication et signaler à l’équipe médicale tout changement de l’état du patient (comme des signes d’infection ou de détérioration de la plaie).

Comme évoqué précédemment, les escarres peuvent être douloureuses et entraîner des complications physiques et psychologiques. Dans ce contexte, le rôle des aidants est central. Ils peuvent fournir au patient un soutien émotionnel et l’aider à maintenir un bon moral pendant tout le processus de traitement et de guérison.

En résumé, l’implication active des aidants dans les soins et la surveillance des escarres peut contribuer à réduire les risques de complications et à améliorer le bien-être général de leur proche âgé.

Les avantages du réseau Cette Famille

Votre proche parent vit en EHPAD ? Vous êtes à la recherche d’une solution d’hébergement alternative plus adaptée à ses attentes et ses besoins ? Vous souhaitez en savoir plus sur l’accueil familial ou la colocation senior ? Entreprise de l’économie sociale et solidaire, Cette Famille vous propose un accompagnement personnalisé pour trouver l’hébergement pour personnes âgées le plus adapté aux besoins et aux moyens de votre proche aîné. 

Contactez-nous

Sources externes : 

Plaies chroniques : prise en charge en ville

Les bons gestes de santé : bien soigner une plaie

 

Vous souhaitez aller plus loin ?