fbpx

EHPAD, maison de retraite : quelles différences ?

Avec l’accueil familial, les résidences seniors ou encore les colocations intergénérationnelles, les maisons de retraite et les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) font partie des solutions d’hébergement proposées aux personnes âgées. Souvent confondues, ces deux types de structure sont pourtant différentes tant dans leur fonctionnement que dans les tarifs appliqués. L’équipe de Cette Famille vous propose de découvrir les principales différences entre une maison de retraite et un EHPAD.

La prise en charge médicale

En vieillissant, une personne perd son autonomie. Petit à petit, le maintien à domicile n’est plus possible tout comme les solutions d’hébergement alternatif. Il est alors question de placement dans un établissement adapté à ses besoins. Selon l’état de dépendance, le besoin ou non d’un suivi médical, le senior en question sera orienté vers un EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) ou vers une maison de retraite non médicalisée.

Les EHPAD, pour une prise en charge médicalisée

Les EHPAD sont des maisons de retraite qui ont signé une convention tripartite, avec le conseil général du département et l’agence régionale de santé. Cette convention encadre les conditions de fonctionnement de l’établissement sur le plan financier. Les subventions perçues permettent d’augmenter les effectifs du personnel. Ainsi, un EHPAD comprend généralement un médecin, une équipe de soins infirmiers, des aides médico-psychologiques (AMP) et des agents de service hospitalier. Par conséquent, cette convention est le garant d’une offre d’hébergement disposant d’une équipe médicale chargée d’assurer les soins nécessaires à chaque résident et 24h/24. Les EHPAD sont capables d’accueillir des personnes âgées autonomes et des seniors dépendants, quel que soit leur GIR (Groupe Iso-Ressource). Pour rappel, le GIR est un indicateur d’autonomie déterminé à l’aide de la grille AGGIR par un médecin ou une équipe médicale. Certains établissements n’acceptent que les personnes âgées relevant des GIR 1 et 2, autrement dit celles dont la perte d’autonomie est particulièrement importante.

Les maisons de retraite, pour les seniors relativement autonomes

L’expression « maison de retraite » comprend l’ensemble des résidences pour seniors. Ainsi, contrairement aux EHPAD, les maisons de retraite ne sont pas obligatoirement médicalisées. Ces structures ne possèdent pas de ressources en personnel nécessaire pour assurer la prise en charge de personnes âgées dépendantes. Ainsi, les maisons de retraite accueillent généralement des personnes âgées relevant des GIR 3, 4 et 5.

Le coût de l’hébergement

Dans une maison de retraite ou dans un EHPAD, le tarif est journalier. Il se compose d’un tarif hébergement qui couvre l’accueil hôtellerie, la restauration, l’entretien et l’animation, ainsi que d’un tarif dépendance déterminé en fonction du GIR du senior. Ce dernier tarif permet de couvrir la totalité des dépenses liées à la perte d’autonomie comme les actes de la vie quotidienne, les aides et surveillances médicales. C’est le tarif dépendance qui explique la différence de coût entre l’hébergement en EHPAD et celui en maison de retraite.

Le coût d’une maison de retraite

Dans les maisons de retraite non médicalisées, les tarifs varient d’une structure à l’autre. En général, le coût est compris entre 300 et 1 800 € par mois. Ce à quoi il faut ajouter les repas, les services de coiffure ou de manucure par exemple et les charges. Pour les personnes disposant de leur autonomie, une aide financière peut être sollicitée auprès de leur caisse de retraite.

Le prix pour résider en EHPAD

Comme pour les maisons de retraite, le tarif d’une résidence en EHPAD n’est pas la même selon les structures. Néanmoins, sachez qu’il faut compter entre 1 500 € et 6 000 € par mois. Soit un montant bien plus important qu’en maison de retraite en raison du tarif dépendance. La plupart des EHPAD réservent des places ouvrant droit à l’aide sociale. Les résidences d’une maison de retraite médicalisées peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge financière au titre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), de l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH) et de l’Aide au logement.

Comment choisir entre la maison de retraite et l’EHPAD ?

Pour s’orienter ou orienter son parent âgé vers l’une ou l’autre de ces structures, il convient de se poser une première question : la médicalisation est-elle nécessaire ? L’accueil en EHPAD, les soins médicaux, paramédicaux, et la prise en charge du résident sont déterminés en fonction de son autonomie. Celle-ci est évaluée selon une grille très précise, la grille AGGIR. Pour vous aider, demandez conseil à votre médecin traitant. Il sera en mesure d’évaluer le degré de perte d’autonomie, autrement dit le GIR, cette grille.

Pour une personne âgée avec une perte d’autonomie importante

Si le senior est évalué à un GIR de 1 ou de 2, alors l’EHPAD s’avère être la meilleure solution d’hébergement. Il sera entouré par une équipe médicale qui prendra soin de sa santé de jour comme de nuit. Au sein d’un Établissement d’Hébergement pour Personne Âgée Dépendante, il existe des Unités de Soins Longue Durée (USLD) ou encore des Unités protégées Alzheimer qui accueillent des seniors ayant une très importante perte d’autonomie. Une fois en possession de l’indicateur GIR, vous ou votre parent âgé doit constituer un dossier composé d’une partie à compléter par la personne concernée et une autre partie confidentielle à compléter par le médecin. A ce jour, le taux d’occupation des EHPAD avoisine les 100 %. L’établissement convoité pourra accueillir le senior une fois qu’une place se libérera.

Pour une personne âgée avec une faible perte d’autonomie

Si le médecin traitant estime que la prise en charge ne relève pas de l’EHAPD, cela signifie que la personne concernée ne présente qu’une partielle perte d’autonomie et ne nécessite pas de soins médicaux réguliers. Dans ce cas, il sera préférable de s’orienter vers une maison de retraite non médicalisée proche du domicile familial.

Pour une personne âgée autonome

Dans ce dernier cas, il s’agit généralement de seniors souffrant de solitude et d’isolement. Les EHPAD et les maisons de retraite ne sont pas adaptés. En revanche, il existe de nombreuses solutions d’hébergement alternatives qui permettent de retrouver une vie sociale, de se sentir chez soi et de pratiquer des activités de loisir. Si tel est votre cas ou bien celui de votre parent âgé, nous vous invitons à découvrir l’accueil familial proposé par CetteFamille.

Contactez-nous

Vous souhaitez aller plus loin ?