Accueil familial : questions fréquentes (FAQ)

Familles d’accueil pour personnes âgées : questions fréquentes (FAQ)

15 avril 2019 No Comments
familles d'accueil personnes âgées

L’accueil familial permet aux seniors de vivre en famille d’accueil pour personnes âgées plutôt qu’en établissement collectif. Un mode de vie plus chaleureux et convivial que l’EHPAD, 50% moins onéreux, dont nous vous proposons ici les questions et réponses courantes.

Que sont les familles d’accueil pour personnes âgées ?

L’accueil familial est un mode d’hébergement des personnes âgées ou en situation de handicap. Les personnes sont accueillies au sein d’une famille d’accueil professionnelle agréée et formée par le Conseil départemental, où elles peuvent vivre dans un cadre chaleureux et sécurisé.

C’est une excellente alternative aux établissements collectifs (maisons de retraite ou pour personnes handicapées).

A lire :

A qui s’adressent ces familles d’accueil ?

L’accueil familial s’adresse aux personnes âgées (plus de 60 ans) ou en situation de handicap, qu’elles soient en perte d’autonomie ou non. En effet, il arrive souvent que des personnes âgées souhaitent emménager en famille d’accueil parce qu’elles anticipent des difficultés futures, ou pour renouer avec une vie sociale plus riche.

L’accueil familial est-il possible pour les personnes malades d’Alzheimer ou de Parkinson ?

Oui. Lorsque l’accueillant est agréé pour recevoir les personnes malades, celles-ci peuvent tout à fait vivre chez lui. Une maladie comme celle d’Alzheimer n’a pas nécessairement besoin d’un accompagnement surmédicalisé permanent. Une maladie comme celle de Parkinson connait souvent des variations au court d’une même journée, qui nécessitent plus de l’attention et de l’accompagnement que des soins médicaux constants.

L’accueil familial est basé sur un contrat de gré à gré, il est donc possible tant qu’il convient aux deux parties.

Convient-il aux personnes en grande perte d’autonomie (GIR 1 et GIR 2) ?

Les accueillantes ne sont pas toujours des femmes seules. Il est fréquent que des accueillants soient agréés en couple pour permettre les remplacements ponctuels du quotidien ou pour prendre soin de personnes très dépendantes.

Dans la loi, il est possible d’accueillir une personne à GIR 1 ou 2 en accueil familial. Tout dépend du contrat de gré à gré signé entre les deux partis. Toutefois, certains conseils départementaux ne le recommandent pas et peuvent bloquer l’accueil en donnant un avis défavorable. Il est également plus difficile de trouver des familles d’accueil pour les personnes en GIR 1 ou 2, car l’assistance à ces personnes est plus impliquante.

Y-a-t-il une limite (GIR) de dépendance pour les personnes en accueil familial ?

Les personnes très dépendantes (GIR 1 et GIR 2) ne peuvent pas entrer en accueil familial car leur état de santé nécessite un hébergement médicalisé.

Il est toutefois possible de rester en accueil familial pour les personnes dont l’autonomie descendrait à GIR 2 puis GIR 1, tant que le contrat d’accueil n’est pas remis en cause par l’accueillant et l’accueilli.

A lire : Comprendre la grille AGGIR.

L’accueil familial est-il possible pour les majeurs protégés (tutelles ou curatelles) ?

Oui. De nombreuses personnes sous protection juridiques vivent en accueil familial.

A lire : L’interview d’Ange Finistrosa, Président de la Fédération Nationale des Associations Tutélaires.

Quel est le prix de l’accueil familial ?

L’accueil familial coûte 1 078 € par mois, en moyenne en France (source CNSA). Ce reste à charge est 50% moins onéreux que la moyenne des EHPAD.

A ce coût de l’accueil réglé à l’accueillant, s’ajoutent les services CetteFamille. Le diagnostic complet, la mise en relation avec une famille et la rédaction du contrat d’accueil coûtent 149 € TTC (payé une seule fois). Le suivi administratif est facturé 2% du prix de l’accueil.

A lire : Détail du coût de l’accueil.

Quel est la durée de l’accueil ?

La durée de l’accueil est définie par le contrat d’accueil, signé entre l’accueillant et l’accueilli.

Oui. Basé sur un contrat de gré à gré, l’accueil familial est très souple. Il peut s’envisager en permanent (alternative à l’EHPAD), en temporaire (sortie d’hospitalisation par exemple) ou en séquentiel (une fois par semaine par exemple), en guise de répit pour les aidants. Certaines personnes sont accueillies en journée uniquement.

A lire : Les types d’accueils familiaux.

Les familles peuvent-elles visiter leur proche quand elles le souhaitent ?

Tout à fait. A la seule condition de prévenir l’accueillant de leur visite et de s’organiser ensemble car il ne faut pas oublier qu’elles ne sont pas dans un établissement public avec ses permanences d’ouverture ! Il s’agit d’un domicile privé, la moindre des choses est de s’annoncer.

Qui se charge des soins et des toilettes ?

Le rôle d’accueillant va de pair avec la coordination des soins. Charge à lui ou elle d’organiser les visites chez les médecins, à l’hôpital, ou à domicile. Les infirmières ou infirmiers à domicile prodiguent les soins du quotidien. Lorsque l’accueillant est lui-même compétent en la matière, c’est lui ou elle qui peut s’occuper directement des toilettes. On l’a vu, beaucoup sont diplômés du médicosocial et peuvent réaliser directement ces actes.