fbpx

Comprendre et gérer l’agitation vespérale au quotidien

Agitation vespérale d'une personne âgée qui reste assise la main sur la joue

L’agitation vespérale, aussi appelée syndrome crépusculaire, correspond à une situation dans laquelle une personne devient désorientée, angoissée, agressive ou agitée en fin d’après-midi ou en début de soirée. Elle concerne les individus atteints de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Quelles sont les causes de l’agitation vespérale ? Comment la diagnostiquer ? Comment la prévenir et la gérer au quotidien ? CetteFamille, entr eprise de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans l’accueil familial et les maisons partagées pour seniors, répond à vos questions. 

Qu’est-ce que l’agitation vespérale ?

L’agitation vespérale touche les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies neurodégénératives apparentées. Elle peut survenir à n’importe quel stade de la maladie, mais atteint son apogée au stade intermédiaire de la démence. L’agitation vespérale se traduit par une nervosité et une confusion plus marquées en fin de journée (fin d’après-midi ou début de soirée). Elle affecte significativement la vie de la personne atteinte et de ses proches aidants.

Définition et caractéristiques

L’agitation vespérale se caractérise par les symptômes nocturnes suivants chez le patient : 

  • Agitation : incapacité à se calmer, à rester assis
  • Irritabilité : forte contrariété face à des stimuli mineurs
  • Anxiété : nervosité, inquiétude excessive
  • Confusion : désorientation dans le temps ou l’espace, difficultés à comprendre les autres, difficultés à réaliser des tâches que la personne réalisait facilement plus tôt dans la journée
  • Agressivité : mauvaise humeur voire comportement agressif verbalement ou physiquement envers les autres ou envers soi-même
  • Comportements répétitifs : répétition de questions identiques dans un laps de temps très court, répétition de gestes de manière compulsive
  • Déambulations : marche incessante, sans but apparent 
  • Psychoses : idées délirantes, hallucinations visuelles ou auditives

Différences avec les troubles du sommeil

L’agitation vespérale et les troubles du sommeil peuvent se produire simultanément chez certaines personnes. Toutefois, ce sont deux conditions bien distinctes avec des caractéristiques et des causes différentes. Les troubles du sommeil comprennent un large éventail de conditions qui perturbent le cycle de sommeil normal d’une personne. Il peut s’agir d’insomnie (difficulté à s’endormir, réveil nocturne fréquent), d’apnée (interruptions respiratoires), de troubles du rythme circadien (décalage du cycle veille-sommeil) et de parasomnie (somnambulisme, cauchemars). Ces différents troubles nocturnes se traduisent souvent par des difficultés à s’endormir, des réveils fréquents pendant la nuit, un sommeil agité, une fatigue diurne excessive, des troubles de l’humeur et de la concentration.

Quelles sont les causes de l’agitation vespérale ?

L’agitation vespérale peut être associée à divers troubles neurologiques, notamment la démence, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, etc. Elle peut également être déclenchée par des facteurs physiologiques, psychologiques et environnementaux. Souvent plusieurs facteurs interagissent pour contribuer à ce trouble.

Causes physiologiques et psychologiques

Les principales causes physiologiques et psychologiques de l’agitation vespérale sont : 

  • Une perturbation du cycle circadien (dérèglement de l’horloge biologique).
  • Une fatigue importante en fin de journée, générant une incapacité à faire face au stress.
  • Une douleur physique chronique ou non traitée peut aggraver l’agitation en fin de journée, lorsque la fatigue et l’inconfort sont les plus prononcés.
  • La déshydratation ou la sensation de faim.
  • Des troubles médicaux sous-jacents telles que des infections urinaires, des troubles gastro-intestinaux, des troubles cardiaques, des troubles respiratoires ou des douleurs musculo-squelettiques.
  • Le stress ou la dépression.
  • Les effets secondaires de certains médicaments comme les sédatifs, les antidépresseurs ou les stimulants.

Facteurs aggravants courants

Les facteurs aggravants sont les suivants : 

  • Un déclin de la lumière ou une obscurité extérieure, un faible éclairage intérieur. 
  • Un manque d’activités l’après-midi par rapport au matin. 
  • Des siestes trop longues.
  • Une alimentation trop grasse ou trop riche en sucre.
  • La prise de café, de thé ou d’alcool en fin de journée ou avant de se coucher.
  • La prise de médicaments à risque (somnifères, psychotropes).

Comment identifier l’agitation vespérale ?

Afin d’accompagner au mieux une personne souffrant d’agitation vespérale, il convient de comprendre ce qui déclenche cet état d’anxiété. À cette étape, l’observation par les proches est primordiale. Elle pourra s’accompagner ensuite d’un diagnostic par un professionnel de santé.

Importance de l’observation par les proches

Trouver l’élément déclencheur du comportement de votre proche prendra sans doute du temps. Armez-vous de patience et observez l’état de votre aîné et ses réponses à son environnement. Soyez attentifs aux signes de fatigue, aux bruits, aux activités éprouvantes, aux changements d’environnement. N’hésitez pas à tenir un journal de bord avec vos observations sur les réactions de votre proche face à telle ou telle situation.

Évaluation et diagnostic professionnel

Il est essentiel de consulter un professionnel de la santé si des comportements agités persistants sont observés. Une évaluation médicale approfondie peut aider à déterminer la cause sous-jacente de l’agitation vespérale et à mettre en place un plan de traitement approprié qui aidera à gérer les symptômes et améliorera la qualité de vie du senior.

Quelles sont les meilleures pratiques de prévention ?

La prévention de l’agitation vespérale chez les personnes âgées implique une approche multidimensionnelle visant à créer un environnement calme, sécurisé et confortable, et à promouvoir le bien-être physique et émotionnel du senior avec la mise en place d’une routine quotidienne.

Rôle clé de l’éclairage et du confort

Pour prévenir l’agitation vespérale, l’éclairage et l’environnement jouent un rôle non négligeable. Votre parent doit se sentir en sécurité. Pour cela : 

  • Assurez un éclairage adéquat pour aider votre proche aîné à identifier les objets et les personnes.
  • Fermez les rideaux pour éviter que des ombres inhabituelles apparaissent.
  • Réduisez le son de la télévision et de la radio en fin d’après-midi.
  • Aménagez la chambre à coucher afin que celle-ci soit ordonnée, calme, suffisamment fraîche et éclairée d’une veilleuse.
  • Si votre proche se trouve dans un endroit qui lui est inconnu, apportez des objets familiers et réconfortants qui le tranquilliseront.

Routines et activités adaptées

L’adoption d’une routine quotidienne et la réalisation d’activités adaptées permettra de rassurer votre proche aîné qui ressentira moins de stress et de confusion. Vous pouvez pour cela : 

  • Fixer des horaires pour chaque activité quotidienne (réveil, toilette, repas, activités physiques, sieste, sorties, moments de socialisation…)
  • Faire en sorte que votre aîné s’expose à la lumière naturelle tôt le matin pour réguler son rythme circadien. 
  • Organiser des activités adaptées à chaque moment de la journée : privilégier les activités stimulantes le matin (activité physique par exemple) et calmes l’après-midi (activités créatives).
  • Ne pas encourager les siestes ou réduire leur durée pour éviter l’agitation du soir et favoriser le sommeil de nuit.
  • Réduire la consommation de sucre et éliminer le café en soirée car ils peuvent perturber le sommeil

Comment gérer l’agitation au quotidien ?

L’agitation vespérale est souvent mal vécue par les seniors et leurs aidants familiaux qui peuvent se sentir démunis face à cette situation. Pour y faire face, plusieurs approches douces, consistant à atténuer les facteurs déclencheurs, peuvent être employées.

Techniques de relaxation et de distraction

En cas de crise, il est possible d’apaiser l’anxiété de la personne âgée en pratiquant des techniques de relaxation telles que la respiration profonde, la méditation, la visualisation guidée, les massages ou le yoga doux. Vous pouvez également distraire votre aîné en lui faisant écouter une musique douce, en lui demandant de vous raconter les moments heureux de sa vie ou en regardant avec lui de vieilles photographies qui seront pour lui source de joie.

Approche communicationnelle avec la personne âgée

Essayer de raisonner une personne âgée en pleine crise peut s’avérer complètement contre-productif. Essayez plutôt de faire preuve de patience, d’aborder votre proche calmement, d’utiliser une voix paisible et d’adopter une écoute active. Lorsque vous parlez à votre proche, gardez le contact : le contact visuel est important mais vous pouvez aussi lui prendre la main. Ce toucher sera rassurant, réconfortant.

Traitements médicamenteux

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement médicamenteux spécifique pour soulager de l’agitation vespérale. La mise en place de thérapies non pharmacologiques, telles que la thérapie comportementale ou la thérapie occupationnelle, est largement préférée. Toutefois, si celles-ci ne fonctionnent pas, lorsque l’agitation vespérale est sévère ou persistante, le médecin pourra juger nécessaire de prescrire un traitement pharmaceutique pour aider à contrôler les symptômes. Les médicaments couramment utilisés comprennent les antipsychotiques, les benzodiazépines, les antidépresseurs et les agents anxiolytiques. Cependant, leur utilisation doit être soigneusement évaluée en raison des risques potentiels d’effets secondaires et de complications.

Quand faire appel à un professionnel ?

Il est recommandé de faire appel à un professionnel de la santé dès que l’agitation vespérale devient un problème persistant ou grave, et surtout si elle interfère avec la sécurité ou le bien-être de la personne âgée : 

  • Si la personne présente des changements soudains dans son comportement ou son état mental, tels qu’une confusion accrue, des hallucinations, des délires ou des fluctuations marquées de l’humeur, une évaluation médicale est nécessaire pour exclure toute cause médicale sous-jacente.
  • Si l’agitation vespérale semble être associée à des effets secondaires de médicaments prescrits, il est important de consulter un professionnel de la santé pour envisager des ajustements de traitement ou des alternatives médicamenteuses.
  • Si la personne présente un déclin général de son état de santé, avec des symptômes tels qu’une perte de poids, une fatigue persistante, des troubles du sommeil (réveil nocturne, insomnie) ou une diminution de l’appétit, une évaluation médicale globale est recommandée pour identifier les facteurs contributifs et évaluer le besoin de soins supplémentaires.
  • Si les proches ou les aidants sont incapables de gérer efficacement le syndrome crépusculaire de la personne âgée malgré leurs efforts et les stratégies d’adaptation mises en place, une consultation médicale est recommandée pour obtenir de l’aide et des conseils professionnels.

Le médecin consulté pourra effectuer une évaluation complète de la personne et recommander un plan de traitement adapté à ses besoins spécifiques. 

Les avantages du réseau Cette Famille

Votre proche souffre d’une maladie neurodégénérative ? Vous recherchez une solution d’hébergement adaptée à ses besoins ? L’accueil familial ou la colocation senior vous intéresse ? Entreprise de l’économie sociale et solidaire, CetteFamille vous propose un accompagnement personnalisé pour trouver l’hébergement pour personnes âgées le plus adapté aux besoins de votre proche et à ses moyens.
Contactez-nous

Sources externes : 

Les maladies neurodégénératives 

La maladie d’Alzheimer

Maladie de Parkinson

Aide à l’autonomie des personnes âgées 

Vous souhaitez aller plus loin ?