fbpx

Rhumatisme chez les personnes âgées : symptômes, causes et traitements

Une personne âgée, souffrant de rhumatisme, essaie de se lever en posant une main sur son genou.

Le terme « rhumatisme » est un terme générique utilisé pour décrire diverses affections douloureuses affectant les articulations, les os, les muscles, les tendons et les tissus conjonctifs. Mais que recouvre précisément la notion de rhumatisme ? Quels sont les symptômes qui y sont associés ? Quels en sont les causes et comment les traiter ? CetteFamille, entreprise de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans l’accueil familial pour les personnes âgées et les maisons partagées pour seniors, vous dévoile son guide pour mieux comprendre les affections rhumatismales pour mieux y faire face !

Qu’est-ce que le rhumatisme ?

Le terme « rhumatisme » est un terme générique utilisé pour décrire diverses affections douloureuses affectant les articulations, les os, le cartilage, les ligaments, les muscles et les tendons

Les différents types de rhumatismes

Les affections regroupées sous le terme de rhumatisme sont les suivantes : 

  • Arthrite : inflammation des articulations, qui engendre une sécrétion de substances détruisant graduellement la structure de l’articulation.
  • Arthrose (aussi appelée ostéo-arthrite) : maladie dégénérative des articulations caractérisée par l’usure du cartilage articulaire, souvent associée au vieillissement. Elle peut toucher n’importe quelle articulation mais elle est fréquente dans les genoux, les hanches, les mains et la colonne vertébrale.
  • Polyarthrite rhumatoïde : maladie auto-immune qui peut entraîner une destruction du cartilage et des os. Bien qu’elle puisse se développer à tout âge, la polyarthrite rhumatoïde est plus fréquente chez les personnes âgées.
  • Goutte : forme d’arthrite causée par une accumulation de cristaux d’urate dans les articulations, généralement le gros orteil. Elle peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les hommes plus âgés.
  • Spondylarthrite ankylosante : forme d’arthrite inflammatoire qui affecte principalement la colonne vertébrale. Elle est localisée sur les tendons et ligaments de la colonne vertébrale et du bassin, provoquant des raideurs et ankyloses.
  • Lupus érythémateux disséminé (LED) : maladie auto-immune qui peut affecter les articulations, la peau, les reins, le cœur, les poumons et d’autres organes.
  • Polymyalgie rhumatismale : trouble caractérisé par des douleurs et une raideur musculaires, généralement au niveau des épaules et des hanches. Elle se rencontre plus fréquemment chez les personnes âgées que dans la population générale.
  • Fibromyalgie : maladie caractérisée par des douleurs musculaires généralisées, une sensibilité accrue aux points de pression et des troubles du sommeil.
  • Rhumatisme psoriasique : lié à la présence d’un psoriasis (maladie auto-immune de la peau), il détériore la partie des ligaments attachés à l’os. 
  • Les rhumatismes non inflammatoires : l’ostéoporose et les lombalgies sont des rhumatismes non inflammatoires, les plus fréquemment rencontrés chez les personnes âgées. L’ostéoporose est une maladie osseuse qui associe une diminution de la densité de l’os à des modifications de sa micro-architecture. L’os est plus fragile, moins résistant, ce qui augmente le risque de fractures. La lombalgie (ou lumbago) se caractérise par une douleur intense au niveau des vertèbres lombaires. 

Quelle différence entre rhumatismes et arthrose ?

L’arthrose est une maladie dégénérative des articulations caractérisée par l’usure du cartilage articulaire au fil du temps. L’arthrose est la forme la plus courante d’arthrite, et elle survient généralement chez les personnes âgées en raison de l’usure naturelle des jointures. Il s’agit d’une forme de rhumatisme non inflammatoire.

Quels sont les symptômes du rhumatisme ?

Les symptômes des rhumatismes peuvent varier en fonction de la nature spécifique de l’affection rencontrée. Voici quelques symptômes généraux qui peuvent être associés aux problèmes rhumatismaux :

  • Douleurs articulaires : les douleurs articulaires sont l’un des symptômes les plus courants des problèmes rhumatismaux. Les douleurs peuvent être localisées sur une articulation spécifique ou être plus généralisées.
  • Raideur articulaire : la raideur articulaire, particulièrement le matin ou après une période d’inactivité, peut être un symptôme fréquent. Elle peut rendre difficile le mouvement au niveau des jointures.
  • Gonflement articulaire : certains problèmes rhumatismaux peuvent provoquer un gonflement des articulations, accompagné parfois de rougeur et de chaleur locale.
  • Symptômes systémiques : certaines conditions rhumatismales peuvent affecter d’autres parties du corps, entraînant des symptômes systémiques tels que fièvre, perte de poids, éruption cutanée, etc.

Quelles sont les causes du rhumatisme ?

Les douleurs rhumatismales ont différentes origines selon la localisation du rhumatisme. Les causes possibles sont : une inflammation chronique, des infections bactériennes ou virales, des réactions auto-immunes, l’âge, des facteurs génétiques ou environnementaux.

Les facteurs génétiques

Certains troubles rhumatismaux peuvent avoir une composante génétique. Des antécédents familiaux peuvent augmenter la probabilité de développer ces problèmes. Ce sera le cas, par exemple, pour la polyarthrite rhumatoïde.

Les facteurs environnementaux

Le tabagisme, l’exposition à certains agents pathogènes, et des conditions de travail particulières peuvent également jouer un rôle dans le développement de certains troubles rhumatismaux.

Les comportements à éviter

La sédentarité est à éviter. En effet, l’activité physique régulière contribue à la santé globale. Le port fréquent de charges lourdes, une activité physique trop intense ou répétitive, de mauvaises postures peuvent augmenter les contraintes mécaniques sur les articulations, des fractures et luxations. En outre, une surcharge pondérale peut avoir un effet délétère sur les zones de charge telles que les genoux et les hanches. La consommation excessive d’alcool ou la surconsommation de certains aliments (viande rouge, fruits de mer, boissons sucrées…) peut entraîner la survenue de certains types de rhumatismes comme la goutte. Enfin, le stress chronique peut contribuer à l’inflammation, qui peut aggraver les affections rhumatismales.

Quels sont les traitements pour soigner le rhumatisme ?

Le traitement du « rhumatisme » dépend de la cause sous-jacente spécifique. Les options de traitement peuvent inclure des médicaments, des thérapies physiques, des traitements naturels, et parfois des interventions chirurgicales, en fonction de la nature de la maladie. Il est cependant important de souligner que le traitement des rhumatismes est souvent une approche multidisciplinaire. Un plan de traitement individualisé doit être élaboré en fonction des besoins spécifiques de chaque personne.

Les traitements médicamenteux

Les antalgiques sont utilisés pour lutter contre les douleurs liées aux rhumatismes. En première intention, les médecins prescrivent souvent du paracétamol, qui présente peu d’effets secondaires et peut être utilisé sur le long terme. En seconde intention, en cas de poussée inflammatoire ou de douleur réfractaire au paracétamol, seront prescrits des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ANS) comme l’aspirine ou l’ibuprofène. Ceux-ci sont généralement efficaces mais présentent l’inconvénient d’être responsables de troubles digestifs. Ils doivent donc être utilisés avec modération. Enfin, des médicaments spécifiques peuvent être prescrits. Ainsi, les médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) seront utilisés pour ralentir la progression de certaines maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde. La colchicine et les médicaments abaissant le taux d’acide urique peuvent être prescrits pour traiter la goutte. 

Les thérapies physiques et la rééducation

La physiothérapie peut être prescrite pour rétablir ou améliorer la mobilité, la fonction articulaire et le bien-être d’un patient. Dans ce cas, des exercices spécifiques, comme des étirements et des techniques de renforcement musculaire, peuvent être pratiqués. L’ergothérapie sera, quant à elle, utilisée pour améliorer la capacité du patient à réaliser les activités de la vie quotidienne en utilisant des techniques adaptatives et des aides. La rééducation, réalisée par un kinésithérapeute, permettra de préserver la souplesse des articulations et de renforcer les muscles. La force musculaire est, en effet, essentielle pour soutenir les articulations endommagées par les rhumatismes et pour éviter que celles-ci ne se dégradent trop rapidement. Les exercices proposés seront alors des exercices de renforcement musculaire (anaérobie), des exercices d’amplitude, des exercices d’endurance (aérobie), de la gym douce.

Les traitements naturels

Le mode de vie peut être un facteur de risque de développer des rhumatismes. Aussi, des changements s’imposent parfois. Il s’agira notamment de maintenir un poids corporel sain afin de réduire la pression sur les articulations ; pratiquer une activité physique régulière pour renforcer les muscles, améliorer la flexibilité et maintenir la santé des articulations ; adapter son alimentation pour réduire la consommation de purines. Par ailleurs, adopter des techniques de gestion du stress, comme la méditation, le yoga ou la relaxation, peuvent être utiles quand on sait que le stress peut aggraver les symptômes rhumatismaux. Enfin, utiliser des orthèses (attelles, semelles orthopédiques) peut être recommandé pour soutenir les articulations et améliorer la posture.

La chirurgie

La chirurgie sera préconisée dans certains cas graves, pour des patients avec des douleurs rebelles ou un handicap. Cela peut inclure la réparation de tendons rompus ou d’articulations touchées, le retrait de la membrane synoviale en excès qui est le siège d’une inflammation dont les différents traitements ne viennent pas à bout, des chirurgies correctives pour traiter des déformations ou des raideurs articulaires sévères, le remplacement de l’articulation abîmée ou douloureuse (arthroplastie) ou encore la fixation d’une articulation douloureuse dans une position qui renforcera sa stabilité et permettra de réduire la douleur (arthrodèse). La chirurgie doit permettre de réduire la douleur, rétablir le mouvement et améliorer la qualité de vie des patients.

Quel est le degré d’incapacité associé au rhumatisme ?

Le degré d’incapacité associé aux rhumatismes peut varier considérablement en fonction du type spécifique de problème rhumatismal, de la localisation et de la gravité des symptômes, de la réponse de l’individu au traitement, de la présence ou non de comorbidités (autres affections médicales) ou encore d’éléments psychosociaux (soutien social, santé mentale, niveau de stress). 

Les incapacités généralement associées aux maladies rhumatismales sont des douleurs et raideurs articulaires intermittentes ou persistantes, des déformations articulaires visibles, un affaiblissement musculaire engendré par un manque d’utilisation normale des muscles entourant les articulations douloureuses. 

Ces incapacités peuvent entraîner une perte de mobilité significative de la personne atteinte, limiter sa capacité à effectuer des activités quotidiennes normales comme se lever d’une chaise, se pencher, s’habiller, se laver ou cuisiner et limiter sa qualité de vie globale en raison de la douleur chronique, des limitations fonctionnelles et des ajustements nécessaires pour faire face aux symptômes.

Quelle est l’espérance de vie des rhumatisants ?

La longévité des personnes atteintes de rhumatismes peut être influencée par divers facteurs, notamment le type spécifique de rhumatisme, la gravité de la maladie, la réponse au traitement, la présence de comorbidités (autres affections médicales) ou encore le mode de vie.

En général, de nombreuses personnes atteintes de rhumatismes peuvent mener une vie longue et productive avec une prise en charge médicale appropriée. La gestion précoce des symptômes, des traitements adaptés, des ajustements du mode d’existence et une approche multidisciplinaire peuvent contribuer à améliorer la qualité de vie et à minimiser les complications associées aux rhumatismes.

Cependant, la gravité de certaines affections rhumatismales, en particulier lorsqu’elles sont associées à des complications graves ou des comorbidités importantes, peut avoir un impact sur la longévité des patients. Par exemple, la sédentarité associée à ces maladies peut conduire à l’obésité ou à des maladies cardiovasculaires qui auront un impact sur l’espérance de vie des personnes atteintes. La mobilité réduite associée à certaines affections peut en outre augmenter le risque de chutes et de fractures, ce qui est particulièrement délétère pour les seniors. Par ailleurs, les complications sévères associées à certaines affections rhumatismales peuvent avoir un impact significatif sur l’espérance de vie des patients. Ainsi, les complications liées à la polyarthrite rhumatoïde, si non traitées correctement, peuvent influencer le pronostic à long terme. En effet, cette maladie auto-immune chronique peut entraîner un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires, des infections ou des dysfonctionnement de la fonction respiratoire.

Le suivi régulier, la gestion des symptômes et la prévention des complications peuvent jouer un rôle crucial dans la promotion d’une bonne santé à long terme.

Les avantages du réseau Cette Famille

Votre proche vit une situation de handicap ou de perte d’autonomie ? Vous êtes à la recherche d’une solution d’hébergement adaptée à ses attentes et ses besoins ? Vous souhaitez en savoir plus sur l’accueil familial ou la colocation senior ? Entreprise de l’économie sociale et solidaire, CetteFamille vous propose un accompagnement personnalisé pour trouver l’hébergement le plus adapté aux besoins et aux moyens de votre proche parent. 
Contactez-nous

Sources externes : 

Arthrose : la maladie articulaire la plus répandue – INSERM

C’est quoi l’arthrite ? – INSERM

Polyarthrite rhumatoïde – INSERM

Goutte : définitions et causes – Assurance maladie

Comprendre la spondylarthrite ankylosante – Assurance maladie

Comprendre le lupus – Assurance maladie

Comprendre la fibromyalgie – Assurance maladie

Comprendre l’ostéoporose – Assurance maladie

Définition, causes et symptômes de la lombalgie – Assurance maladie

Activité physique et santé

Faire attention à sa santé

Bien vieillir

Vous souhaitez aller plus loin ?