Aidants familiaux

Panorama des logements pour personnes âgées à l’AGIRC-ARRCO

19 juin 2019 No Comments
logement personnes âgées

Le 17 juin 2019, CetteFamille était l’invitée de « l’Espace Idées bien Chez Moi » de l’AGIRC-ARRCO pour présenter les modes d’hébergements alternatifs à l’EHPAD pour les personnes âgées. Une bonne occasion de revenir sur les différents logements possibles pour vivre de belles années malgré la perte d’autonomie.

logement personnes âgées

Manon Cerdan à « l’Espace Idées Bien chez Moi ».

Cet article est une synthèse de notre présentation.

Panorama des logements seniors

Avec le vieillissement de la population, le logement des seniors devient un enjeu majeur. Avec la perte d’autonomie (éventuellement liée à une maladie évolutive comme Alzheimer ou Parkinson), de nombreuses personnes s’orientent vers les services à domicile ou l’EHPAD. Or, les services à domicile ne permettent pas une présence constante et portent un risque d’isolement des personnes âgées ; et l’EHPAD induit de vivre au rythme de la collectivité.

De nombreux modes d’hébergement existent entre le maintien à domicile et l’hébergement collectif. Pourtant, ils sont souvent mal connus ou confondus entre eux. Pour favoriser le libre choix de chaque personne, il est important de faire connaître les habitats alternatifs. Chaque personne peut trouver et choisir l’habitat qui lui convient le mieux !

Dans cet article, nous présenterons les modes de logement des personnes âgées suivants :

  • Les résidences services
  • Les résidences autonomie
  • Les colocations intergénérationnelles
  • L’habitat partagé
  • L’accueil familial

Les résidences services

La « résidence services » se caractérise par des appartements individuels et adaptés pour chaque personne. Les bénéficiaires sont des personnes âgées autonomes, seules ou en couple. Ils sont généralement locataires ou propriétaires de leur appartement et pourront recourir aux dispositifs d’aide (APA) comme dans un domicile classique.

Les avantages des résidences services sont les services proposés comme l’assistance 24 heures sur 24, le restaurant, la piscine, la bibliothèque, les activités, la présence nocturne, le restaurant etc. De plus, les appartements sont adaptés pour chaque personne. La résidence services peut avoir des limites, comme l’absence de dépendance des bénéficiaires, le coût élevé des prestations, ainsi que les listes d’attente pour intégrer la résidence.

Elles sont gérées par des structures privées commerciales et donnent droit à l’APA et l’APL mais pas à l’ASH. N’hésitez pas à demander à visiter les différents établissements et de tester les activités avant d’intégrer une résidence.

Les résidences autonomie

Anciennement appelées « logements foyer », les « résidences autonomie » se composent d’appartements individuels et adaptés. Les résidences autonomie proposent des services pour des résidents autonomes, seuls ou en couple.

La particularité des résidences autonomies, par rapport aux résidences services, est d’être gérées par des structures publiques comme le CCAS, ou de structures à but non lucratif. Le coût de l’hébergement est donc modéré. Il comprend le loyer, les charges locatives et les prestations incluses comme la restauration ou d’autres services facultatifs. Certaines résidences autonomie ont du personnel médical sur place. Le montant du loyer est de minimum 600 euros. Certaines aides sociales sont disponibles comme les APL, l’ASH et l’APA.

Ces résidences présentent surtout l’avantage de pouvoir continuer à vivre de manière indépendante. L’établissement propose un environnement sécurisé et des services, pour un loyer modéré.

Les critères d’admission en résidence autonomie sont principalement liées au niveau d’autonomie du résident. Le GIR de la personne doit être de 5 ou 6 (personne autonome) pour un âge de plus de 60 ans. Une dégradation de l’état de santé entraîne un changement d’établissement.

La colocation intergénérationnelle

Principalement située dans les grandes villes, la colocation intergénérationnelle permet à une personne âgée de recevoir chez elle une personne plus jeune. La chambre peut être mise à disposition gratuitement en échange d’une aide, d’un accompagnement ou d’une participation au loyer.

La colocation intergénérationnelle permet de rompre la solitude, de vivre une aventure humaine et d’avoir une présence rassurante à ses côtés. Il faut toutefois être prêt(e) à accueillir quelqu’un dans son quotidien (l’année scolaire est privilégiée pour accueillir des étudiants). Attention toutefois : le jeune colocataire ne remplace pas un professionnel de l’aide à domicile et n’est pas supposé accomplir un travail.

Plusieurs associations peuvent assurer la mise en relation entre jeunes et seniors.  Les jeunes demandeurs sont alors sélectionnés et doivent signer une charte afin de prendre connaissance de leurs devoirs et libertés. La colocation intergénérationnelle ouvre le droit aux APL pour le jeune comme pour la personne âgée.

Bon à savoir :

  • Vous pouvez accueillir un jeune même si vous n’êtes pas propriétaire,
  • Il n’y a pas de durée minimum pour la location,
  • Les contrats sont sur une année scolaire, ils s’arrêtent fin juin. Le contrat peut être prolongé sous l’accord des parties,
  • Pour les repas, vous n’avez pas à faire la cuisine pour le jeune, libre à vous de manger ensemble ou non,
  • Pas d’assurance particulière à prendre,
  • Pas d’imposition sur les loyers si le prix est raisonnable,
  • Un contrat de colocation permet de couvrir les deux parties.

L’habitat partagé

Aussi appelé « habitat groupé » ou « habitat participatif », l’habitat partagé est une structure de petite taille pour 2 a 6 personnes. Il est composé d’espaces privés (appartements autonomes) et de parties communes. Le logement est adapté à la perte d’autonomie.

L’habitat partagé à de nombreux avantages, comme le partage de valeurs communes et d’une vie commune qui respecte l’intimité de chacun. L’espace privé de chaque résident permet de conserver un espace à soi dans un groupe plus large. La mutualisation des aides sociales permet généralement de disposer de personnel d’aide sur place.

L’habitat partagé est toutefois assez peu développé en France, et chaque structure est spécifique. Rapprochez-vous des résidences concernées pour en apprendre plus sur leur fonctionnement.

L’accueil familial

L’accueil familial permet de vivre chez un professionnel de l’accueil, dans un cadre chaleureux, familial et sécurisé. Les accueillants familiaux sont des professionnels formés et agréés par le Conseil départemental. Le tarif est en moyenne de 1 078 € et comprend le loyer, tous les frais du quotidien, la présence et l’accompagnement de l’accueillant. Les aides possibles sont nombreuses, comme l’indique notre page dédiée.

L’avantage principal de l’accueil familial est le cadre chaleureux, le coût modéré par les aides sociales et la présence constante de la famille d’accueil aux côtés de la personne accueillie. Celle-ci n’est pas isolée, d’autant plus qu’un accueillant peut accueillir 3 personnes. L’implantation géographique de la majorité des familles d’accueil est en zone rurale, ce qui favorise le bien être des personnes âgées.

Toutefois, l’accueil familial n’est pas médicalisé et ne sera pas nécessairement la solution la plus indiquée pour des personnes très dépendantes, même si cela dépendra en grande partie de l’accueillant familial et de sa formation initiale (de plus en plus d’accueillants ont travaillé en tant qu’aide-soignant ou infirmier avant de choisir une nouvelle façon d’accompagner les personnes âgées). Les démarches administratives, comme le bulletin de rémunération de l’accueillant et les déclarations CESU notamment, peuvent parfois apparaitre comme un frein mais nous travaillons à les accompagner et les simplifier chez CetteFamille (voir nos services).

A lire également : notre présentation complète de l’accueil familial ; et la FAQ.

Qui contacter ?

Pour découvrir les modes d’accueil qui vous conviendront dans votre région, vous pouvez contacter :

  • Les différents points d’information de proximité : CCAS (Centres Communaux d’Action Sociale), Conseils départementaux, CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination)…
  • Les professionnels de l’aide et du soin : Les médecins traitants, les assistantes sociales, l’infirmier libéral, les ergothérapeutes, le pharmacien…
  • Les associations de personnes âgées et d’aidants : Association française des aidants, la Maison des aidants, Compagnie des aidants, France Alzheimer, France Parkinson…
  • Les organismes institutionnels : Caisses de retraite, Complémentaires santé et l’Assurance maladie…

Pour toute information spécifique sur l’accueil familial, contactez CetteFamille. Nous nous chargeons de trouver une famille d’accueil dans votre département, après diagnostic de votre situation.

Bon à savoir : Notre outil de calcul du GIR permet d’estimer le niveau d’autonomie de la personne.

A lire également : Résidences séniors : comparatif des prix