Coronavirus et accueil familial

Coronavirus : que faire en famille d’accueil avec les enfants confinés ?

17 mars 2020 No Comments

Comment faire pour poursuivre de manière sereine l’accompagnement dans l’accueil familial ?

Il est primordial de respecter les mesures simples d’hygiène qui prennent la forme de gestes barrières (lavage des mains réguliers, port de masque chirurgical si on est malade, ne pas se serrer la main ou se faire la bise…). De plus, il est impératif de proscrire les visites et les déplacements extérieurs non-nécessaires (courses alimentaires, pharmacie, médecin).

Le confinement est une barrière simple permettant de protéger les personnes accueillies ainsi que les accueillants. Étant dans un accueil familial, chaque membre qui compose la famille doit respecter l’ensemble de ces règles afin de garantir la sécurité de tous. Les professionnels de santé avec qui l’accueillant familial est en lien, sont mobilisés pour garantir la continuité des soins.

Avec la fermeture des écoles, la présence constante des enfants de l’accueillant est-elle un danger supplémentaire pour les résidents ?

Non, pas tant que les règles de confinement et les gestes barrières sont respectés par tous.  Il est important dans l’enceinte même de la maison de limiter les allées et venues dans la chambre des résidents et d’interdire complètement aux enfants d’y entrer.

A savoir que les conjoints des accueillants familiaux peuvent demander à leur employeur de se mettre en arrêt de travail pendant la durée du confinement pour s’occuper des enfants :

  • Contactez votre employeur et évaluez avec lui les modalités de télétravail qui pourraient être mises en place ;
  • Si aucune autre solution ne peut être retenue, c’est l’employeur qui doit, via la page employeur du site dédié https://declare.ameli.fr/, déclarer votre arrêt de travail ;
  • L’indemnisation est ensuite enclenchée à partir de cette déclaration. Vous percevrez les indemnités journalières et, le cas échéant, le complément de salaire de votre employeur dès le 1er jour d’arrêt, sans application du délai de carence ;
  • Vous n’avez pas à contacter l’ARS ou votre caisse d’assurance maladie, c’est la déclaration de votre employeur, accompagnée de la transmission des éléments de salaires selon les canaux habituels, qui va permettre l’indemnisation de votre arrêt de travail ;
  • Les employeurs sont invités à pratiquer dans le maximum de cas le maintien de salaire au bénéfice de leurs salariés, auquel cas ils versent le salaire à hauteur du complément sans attendre le versement des indemnités journalières par l’assurance maladie ;
  • Si vous êtes non-salarié (travailleur indépendant ou exploitant agricole), vous déclarez directement votre arrêt sur le site Internet dédié.
0