Accueillants familiaux

Canicule en accueil familial : quelques conseils

26 juin 2019 No Comments
canicule personnes âgées

La canicule, ou vague de chaleur, se caractérise par plusieurs jours de chaleur intense d’affilée. Lors de ces épisodes météorologiques exceptionnels, les personnes les plus fragiles sont particulièrement à risque. Les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants et les femmes enceintes doivent notamment faire preuve d’une vigilance accrue. Le Dr. Edouard Karoubi, gériatre à l’hôpital Paul Brousse (Villejuif) prévient : le risque, c’est « lorsque le sel est trop dilué dans la cellule, son fonctionnement est altéré, avec une menace majeure au niveau du cerveau ».

Dans cet article, nous vous proposons un bref focus sur la bonne façon de gérer les périodes de fortes chaleurs avec vos personnes accueillies.

Sensibiliser à la chaleur

Les personnes âgées n’ont pas toujours conscience des dangers potentiels de la canicule. Ceci peut s’expliquer par un facteur physiologique, car le phénomène de transpiration se réduit nettement avec l’âge, ainsi que la sensation de soif qui se trouve souvent moindre par rapport aux besoins réels. Sans transpiration ni soif, les personnes âgées peuvent « oublier » qu’elles ont chaud. Il s’agit donc de rester vigilant(e) à la bonne hydratation des personnes tout au long de la journée.

Pour Olivier Guérin, médecin gériatre et président de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie, les personnes âgées « sont particulièrement vulnérables car elles ont une altération de la perception de la chaleur, de la sensation de soif et du système de transpiration ».

Rafraîchir la maison

Il est ensuite conseillé de limiter les sorties aux moments les plus chauds de la journée (entre 10h et 16h). Par ailleurs, il convient de lutter contre la chaleur de la maison. Par exemple en ouvrant les fenêtres tôt le matin, bien avant que le soleil ne culmine à son maximum.

Astuce : le bain de pieds est une pratique recommandée. Il est parfois proposé en EHPAD, et permet de créer des moments conviviaux. De manière générale, l’humidification des parties du corps les plus exposées est essentielle. Les chevilles, poignets et la nuque sont autant de zones à humidifier à l’aide d’un gant de toilette humide, ou d’un brumisateur.

L’hydratation

Boire de l’eau en quantité suffisante est également très important. Le minimum de 1,5 litre d’eau quotidien est indispensable pour maintenir le corps à un bon niveau d’hydratation. Si les personnes sont réticentes à boire beaucoup, il convient de leur expliquer la nécessité de le faire et d’adapter la consommation d’eau à leurs envies : fruits, sirops, jus de fruit, en évitant les produits diurétiques comme le café et le thé. Avoir une bouteille d’eau pleine, une gourde ou un verre à proximité est nécessaire y compris la nuit. Charge à l’accueillant familial de vérifier que l’eau est bien bue par la personne, et de l’inciter à le faire si elle n’y pense pas ou ne le veut pas… en toute bienveillance et pédagogie bien entendu.

L’alimentation joue un rôle essentiel dans l’hydratation. Les produits laitiers, les glaces, les soupes (et soupes froides comme le gaspacho) sont autant d’aliments riches en eau qui permettent de varier les modes d’hydratation de la personne.

Le docteur Olivier Guérin le rappelle, le risque est réel et ne doit pas être minimisé. « Les muqueuses sèches, les lèvres qui commencent à craquer, la perte de poids (c’est de l’eau que l’on perd dans ces moments-là) et l’hypotension sont les premiers symptômes de la déshydratation, ainsi qu’une tension basse. »

Les signes d’alerte

Parmi les signaux qui peuvent alerter : les crampes, fatigues inhabituelles, maux de tête, fièvres, vertiges et nausées, etc. Le docteur Karoubi ajoute : « dans le cas d’une personne âgée, tout trouble du comportement ou événement inhabituel est un signal qui doit alerter. »

N’hésitez pas à demander conseil au médecin pour la prise de médicaments, car certains d’entre eux peuvent s’avérer dangereux ou provoquer des effets indésirables en cas de forte chaleur.

Parmi les exemples à surveiller particulièrement :

  • Crampes, douleurs
  • Fatigue, faiblesse ou insomnie inhabituelle
  • Maux de tête, nausées, vertiges, somnolences,
  • Soif intense,
  • Sécheresse de la peau,
  • Température, fièvre.

A ce titre, il est indispensable de bien communiquer avec les personnes pour s’assurer de leur bien-être malgré les conditions de forte chaleur. En cas de malaise, coup de chaleur ou insolation appelez le 15 (Samu).

S’informer

Le site de Météo France émet des bulletins d’alerte lors des périodes de vigilance (incluant la canicule).

Enfin, un numéro d’information est mis à disposition par le Ministère des Solidarités et de la Santé.