Mot de passe oublié?

Les outils pour l'accueil en famille des personnes âgées et handicapées

01 76 44 04 37 Du lundi au vendredi de 9h à 19h

Témoignages

Jacqueline B, Champecenest (77) C’est chaleureux ici, c’est une famille unie. Je suis moi, pas Madame Tout-Le-Monde.
J’ai un fils, je vais le voir trois jours par mois. Je suis contente. Ensuite, j'aime regagner mes pénates parce que c'est ici ma maison. C’est bien, j'ai aussi mes petites habitudes et puis on a aussi Zouzou ! C’est le chat de la maison.
Agnès V., Le Mans (72) Quels conseils pouvez-vous donner aux nouveaux Accueillants Familiaux ?

"Les nouveaux accueillants familiaux doivent savoir que l’Accueil Familial représente beaucoup de concessions. Pour moi, il faut être présent, disponible, faire don de soi et être dévouée aux accueillis, la bienveillance fait aussi partie des qualités à avoir.
Il est important pour l’accueillant de connaître ses limites ainsi que ses compétences. En ce qui concerne la relation avec les familles des accueillis, il faut savoir s’imposer et montrer vos limites.
Egalement lorsque j’avais commencé, j’ai essayé l’accueil de personne âgée ainsi que l’accueil de personne en situation de handicap. Grâce à ces expériences, j’ai pu en tirer des enseignements, et ainsi choisir le type d’accueilli que j’affectionne."

Quel est votre ou vos meilleurs souvenirs ?

"Un sourire. Je n’ai pas de meilleurs souvenirs, car à partir du moment où je reçois un sourire, je sens l’accueilli vibrer. Je sais que l’accueilli se sent bien et bien vivante."


Qu’est-ce qui vous a amené à ce métier ?

« J’étais pendant 30 ans aide-soignante en structure hospitalière, puis je suis allé en EHPAD pendant 9 ans. J’ai fait le choix de m’investir dans l’accueil familial car je me rendais compte que j’avais fait le tour de mon métier et que je voulais me ‘donner’ autrement aux personnes âgées. »
Najette V., St Florentin (89) Ici, nos accueillis se sentent respectés, aimés, ils ont trouvé leur place.

Avec mon mari, nous connaissons bien l'accueil familial puisque nous sommes accueillants depuis 28 ans. Nous avons beaucoup de respect pour nos parents, nos grands-parents et ce métier est venu naturellement. C'est un métier que j'aime beaucoup : c'est l'humain !

Les choses se font naturellement, et nos accueillis vont de mieux en mieux : aujourd'hui, JM va chercher le pain à la boulangerie le matin, il prend son café en terrasse sur la place de Saint Florentin. Il ne le faisait pas quand il est arrivé !
Nathalie R., Pas-de-Calais (62) Je suis accueillante familiale depuis presque 20 ans. Au départ, j'avais recueilli un Monsieur seul et isolé à mon domicile et pour régulariser cette situation j’ai sollicité l'agrément auprès de mon conseil départemental. Ce Monsieur est resté avec nous pendant 15 années.
Aujourd'hui, j'ai un agrément pour 3 personnes. J'accueille deux dames de presque 80 ans et un monsieur de 83 ans.
J'aime beaucoup le contact avec les personnes car je tenais un café avant de faire ce métier et j'ai toujours aidé les personnes âgées en faisant du bénévolat.

L'accueil familial c'est une histoire de famille :
Mon époux m'aide beaucoup, Lorsque je m'absente de mon domicile c'est lui qui s'occupe de mes personnes pour ne pas les perturber. Mes enfants aussi, j'ai 3 garçons dont 1 qui est encore au domicile, ils ont très bien accepté le fait d'accueillir des personnes âgées à la maison, ils les considèrent comme leurs grands parents car ils n'ont jamais connu mes parents ni ceux de mon époux.

Mon meilleur souvenir en tant que famille d'accueil est celui de l'accueil d'une dame que j'ai accueillie pendant 5 ans. Nous avions une relation particulière, elle était un peu comme ma confidente. Nous partagions beaucoup de chose, nous étions complices. Nous avions par ailleurs de très bonnes relations avec son fils qui respectait mon travail.

Mes journées se passent avec les personnes que j’accueille. Elles participent à la vie quotidienne en fonction de leurs capacités. J'apprécie beaucoup de parler avec eux de leur passé, de leur ancienne maison, leurs enfants et petits enfants...

Pour les nouveaux accueillants familiaux, les conseils que je peux leur donner et qu'il faut aimer ce métier, avoir la vocation, et de ne pas compter ses heures. Il faut aussi être rigoureux dans le choix de la personne que l'on accueille (le feeling) et d'utiliser les deux mois d'essais pour savoir si l'on poursuit ou pas. 
Eliane G, Carnoux (13) “Nos accueillis, on voit dans leur regard, dans leur sourire ou leurs petits mots, qu’ils sont heureux d'être chez nous"

CetteFamille : Pour quelles raisons avez-vous choisi d'être accueillant familial ?

Eliane G : J'ai fait cela pour recevoir des retraités. A mon époque, nous avions les grands-parents à la maison : ça me paraissait normal de continuer à en avoir chez soi. J'ai toujours aimé côtoyer les anciens et cela fait 17 ans que je fais ce métier.
Aujourd'hui, nos accueillis, on voit dans leur regard, dans leur sourire ou leurs petits mots qu'ils sont heureux d'être chez nous. Ils ne sont plus ce qu'ils ont été, mais il y a eu une vie et cette vie ressort dans les échanges avec eux, qui peuvent être extraordinaires.
Carole P, Acquin Westbecourt (62) "J’apprends tous les jours avec mes petites dames ! On parle de cuisine, d'éducation, de sujets d’actualité ou d'histoire, c'est passionnant de vivre avec elles"

CetteFamille : Que préférez-vous dans votre vie quotidienne avec les personnes âgées que vous accueillez ?

Carole P : C'est la vie de famille avec mes enfants, mes petites dames, et mon mari : il y a de la vie, toutes les générations sont dans la maison !
Souvent, elles ont eu des enfants avant. Avec les miens, elles retrouvent une maison animée comme ce qu'elles ont connu.
Et moi, j’apprends tous les jours avec mes petites dames. On parle de cuisine, de sujets d’actualité parce qu’elles s’intéressent aux informations, d'Histoire... et avec mes enfants elles abordent des sujets historiques dont je ne saurais pas leur parler.
Tout le monde trouve sa place ici à la maison ; tout le monde participe à la vie.

Au début, ça demande de l’organisation. Moi, j'y trouve un vrai confort de vie, je peux être au quotidien pour mes enfants, pour leur éducation. Et surtout, j’adore mon travail, et voir que mes petites dames sont bien.