Alzheimer

30 janvier 2019 No Comments

La maladie d’Alzheimer fait partie des maladies neuro-évolutives les plus communes avec la maladie de Parkinson et la maladie à corps de Lewy. Elle peut mener à l’isolement des personnes âgées qui en sont atteintes.

La maladie d’Alzheimer est un type de démence parmi les plus courantes (50 à 80% des cas de démence). Elle provoque de graves problèmes de mémoire, de capacités réflexives et du comportement. Les symptômes s’aggravent avec le temps mais ne sont pas un processus normal du vieillissement, bien que le plus grand facteur de risque soit l’âge. La plupart des malades ont plus de 65 ans mais il existe des cas d’apparition précoce d’Alzheimer.

Alzheimer maladie symptomes

Symptômes de la maladie d’Alzheimer

Pour mieux aider votre proche atteint de cette maladie il est important de comprendre le stade et l’avancement de la maladie. Si votre proche est atteint d’Alzheimer, il est important de l’amener chez son médecin généraliste qui pourra par la suite le diriger chez un gériatre. Le gériatre est un médecin spécialisé dans les maladies des personnes âgées. Il est le mieux placé pour prendre en charge votre proche et vous conseiller sur le stade de sa maladie. Il existe plusieurs manières d’aider votre proche à mieux gérer la maladie d’Alzheimer.

L’association France Alzheimer décrit les premiers symptômes les plus courants de l’apparition de la maladie d’Alzheimer (source) :

  1. Des pertes de mémoire,
  2. Des difficultés croissantes pour accomplir des tâches quotidiennes,
  3. Des problèmes de langage,
  4. Une désorientation dans le temps et dans l’espace,
  5. Des difficultés de raisonnement,
  6. Des pertes d’objets,
  7. Une altération du jugement,
  8. Une modification du comportement,
  9. Des pertes de motivation,
  10. Un changement de personnalité.

Ces symptômes peuvent alerter mais ne sont pas forcément dus à la maladie d’Alzheimer ou à ses pathologies apparentées. En cas de doute, il est toujours préférable de consulter un avis médical.

Traitements de la maladie d’Alzheimer

A ce jour, la maladie d’Alzheimer est incurable. Toutefois, il est prouvé qu’une vie riche et active socialement permet de freiner la détérioration de l’état de santé des personnes malades. Les modes de logement inclusifs permettent de favoriser ces contacts sociaux et de conserver une forme d’autonomie malgré la maladie d’Alzheimer.

Aidant Alzheimer : communiquer avec une personne malade

Malgré les difficultés entraînées par la maladie, il est important de communiquer aussi normalement que possible avec les personnes malades. Le contact social permet de donner la possibilité de stimuler sa mémoire et ses capacités conversationnelles.

Communication verbale

La communication verbale a la réputation d’être difficile avec les personnes âgées atteintes d’Alzheimer. Les personnes malades peuvent tenir des propos incohérents ou incompréhensibles. Les aidants peuvent se sentir démunis, ce qui peut engendrer une difficulté à maintenir le lien social avec la personne malade.

La maladie d’Alzheimer induit une perte de vocabulaire qui peut rendre la discussion difficile. La première qualité de l’aidant est donc la patience et la créativité lorsqu’il s’agit de deviner les mots qui manquent à la personne malade. Attention toutefois à ne par « parler à la place » de son proche, car une telle attitude peut le priver de sa parole et l’inciter à se replier sur lui-même.

Enfin, les personnes malades d’Alzheimer peuvent employer un langage très direct qui peut paraître agressif. Le ton direct des personnes malades peut laisser penser qu’elle dit « tout haut ce qu’elle pense tout bas ».

Communication non-verbale

Pour les malades, les sensations et sentiments deviennent primordiaux. La communication non-verbale est parfois plus importante que les mots. Les malades d’Alzheimer sont souvent très sensibles aux signes non-verbaux. Les zones du cerveau liées à l’empathie deviennent plus actives malgré le développement de la maladie.

Le ressenti des aidants et des soignants à un impact important sur les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le toucher et le contact physique sont primordiaux car ils peuvent avoir des impacts sur le moral des personnes. Il est néanmoins toujours indispensable de toujours demander la permission d’une personne avant de la toucher, et d’être attentif à ses réactions.