Mot de passe oublié?

Les outils pour l'accueil en famille des personnes âgées et handicapées

01 76 44 04 37 Du lundi au vendredi de 9h à 19h

Revue de presse sur l'accueil familial

 

Juin

Titre : ACCUEIL FAMILIAL ADULTES 43


Journal : La Montagne

Date : 15 juin 2017

Copyright 2017. Centre France. All Rights Reserved.

ACCUEIL FAMILIAL ADULTES 43. L'association Accueil familial Adultes 43 organise une réunion publique vendredi 30 juin à la salle du Prieuré à Lavoûte-Chilhac, à 18 heures. Elle s'adresse au grand public, aux personnes en recherche d'emploi (ou réorientation professionnelle) qui aimeraient devenir famille d'accueil pour adultes. Cette réunion s'adresse également aux élus et professionnels du secteur médicosocial pour les familiariser avec cette alternative méconnue. Une assistante sociale du Conseil départemental sera présente pour répondre aux questions d'ordre administratif (procédure d'agrément, obtention d'aide APA, AAH, comment trouver une famille d'accueil sur le département). Renseignements au 06.50.66.43.30.

Titre : Maison de l’Ambroisie : Jean-François Galliard visite l’Accueil familial regroupé

Journal : Centre Presse

Date : 9 juin 2017

Copyright 2017 Centre Presse All Rights Reserved

Profitant de la journée portes ouvertes au Domaine de La Borie, samedi 3 juin, Jean-François Galliard, président du Conseil départemental de l’Aveyron, a devancé sa venue pour découvrir la Maison de l’Ambroisie et son fonctionnement. Cet Accueil familial regroupé créé en 2013 par la commune dispose de six studios de 22 mètres carrés chacun, dans lesquels les personnes accueillies sont prises en charge par deux accueillantes familiales et leur remplaçante. En présence de six personnes et des accueillantes, de Michelle Buessinger et Christian Teulié, conseillers départemental, Paul Goudy, maire de Sénergues rappelle le montage financier de l’opération dans le cadre du Pôle d’Excellence Rurale qui a permis un financement correct de l’opération. Il évoque également la création simultanée d’un réseau de « chaleur bois » qui alimente l’école et la mairie.

Daniel Joulia, président de l’association gestionnaire, décrit le fonctionnement de cette structure et le rôle important de la Fédération ADMR dans l’accompagnement administratif et le recrutement du personnel apporté aux bénévoles qui gèrent l’association de la Maison de l’Ambroisie. Nicole Christofari, présidente de la Fédération ADMR de l’Aveyron rappelle le pôle d’accompagnement gérontologique de l’ex-canton de Conques mis en place à cette même époque. Il y eu au cours de cette visite de nombreux et fructueux échanges sur les conditions d’accueil des personnes âgées en Aveyron sans rupture depuis le domicile jusqu’à l’Ehpad. Très intéressé Jean-François Galliard a posé beaucoup de questions aux accueillantes sur leur travail au quotidien et les limites de leur intervention notamment dans l’accompagnement médical, quels problèmes elles rencontraient.

« Vous avez une superbe structure et une très belle organisation » déclare le président, Jean-François Galliard. Le maire ajoute qu’il « serait souhaitable de reproduire ce modèle dans le département, mais c’est le financement qui reste primordial pour arriver à un coût journalier acceptable. » Écoute et dialogue sont les deux maitres-mots de cette rencontre.

 

 

Titre : La structure d’accueil familial Regain présente le bilan de l’année écoulée


Journal : Centre Presse

Date : 4 juin 2017

Copyright 2017 Centre Presse All Rights Reserved

Les membres de l’association Regain se sont réunis en assemblée générale à la résidence du Soleil Levant en présence des résidents et de leur famille, de la municipalité dont Francine Lafon, maire, était présente, ainsi que les membres de l’association Regain. Les rapports moral et financier ont été présentés par Anne-Marie Cavalié secrétaire et Corinne Le Pontois trésorière autour de la présidente Danièle Lafon. La structure d’accueil familial regroupe trois accueillantes familiales plus un CDD pour les remplacements de congés et week-end ainsi qu’une personne chargée de la coordination. Les accueillantes ont présenté les activités de l’année 2016 : des balades et visites diverses, quine, belote, scrabble, gym, réalisation de guirlandes pour Noël à la plus grande satisfaction des résidants, pique-nique au moulin de Burée et repas à Brommat chez Jeannette, jardinage, petit-déjeuner à la Ferme de Dilhac, journée accordée avec un musicien de Montézic.

La municipalité apporte une aide financière importante et réalise les travaux demandés dont dernièrement des panneaux coupe-vent. L’assemblée s’est terminée autour du pot de l’amitié. À ce jour, un logement T2, idéal pour un couple mais aussi pour une personne seule, est disponible immédiatement dans cette résidence. Cette structure permet d’accueillir des personnes âgées autonomes mais qui souhaitent bénéficier d’une aide quotidienne selon leurs besoins. Les avantages sont nombreux : vous êtes chez vous et conservez vos habitudes de vie ; vous êtes entourés d’un aidant, disponible 24 h/24 et 7/7 j ; des activités diverses sont organisées. Pour tout renseignement, contacter la mairie de Saint-Hippolyte au 05 65 66 14 50 (contact@sainthippolyte.fr) ou le 06 88 10 36 45 (association.regain@orange.fr). Un agréable lieu de vie avec une vue imprenable sur la vallée de la Truyère.


Mai

Titre : CetteFamille lauréate du Prix Créenso

Journal : La Voix du Nord

Date : 24 mai 2017


Copyright 2017 Tous droits réservés.

FRANCE. Spécialiste en accueil familial pour des personnes âgées en perte d'autonomie, l'entreprise sociale et solidaire CetteFamille (Argentan Normandie) est la grande lauréate de la 6e édition du prix Créenso. Organisés par la fondation Immochan pour l'entrepreneuriat social, en collaboration avec l'IÉSEG School of Management, les prix Créenso, récompensent les créateurs d'entreprises sociales. Dotés de 20 000 euros de prix (fondation Immochan) et d'une année de mécénat de compétences par un étudiant Master IÉSEG, les prix Créenso ont donc récompensé cette annnée CetteFamille (10 000 euros), Tributerre (solution collaborative de recyclage des bio déchets) et Humaid (plateforme de financement participatif au service des personnes en situation de handicap).

Voir l'article en ligne

 

Titre : Handicap : des solutions au quotidien

Journal : La Nouvelle République

Date : 18 mai 2017

Copyright 2017.

Zéro sans solution. C’est le nom du dispositif qui vise à proposer une solution d’accompagnement et d’accueil en établissement à chaque personne en situation de handicap. Le but ? Permettre un parcours de vie sans rupture pour elles et leurs proches.

La Maison d’accueil spécialisée (MAS) d’Iteuil a pris le problème à bras-le-corps. Elle propose une palette de services permettant une prise en charge à la carte, ponctuelle ou régulière de la personne handicapée. « Ces solutions sont destinées à toutes les personnes orientées en MAS, par la Maison départementale des personnes handicapées et résidant dans la Vienne, explique Sophie Breque, directrice de la MAS. Les familles ont besoin d’être secondées et soulagées dans leur quotidien. C’est pourquoi, nous avons mis sur pied trois services permettant d’apporter un réel soutien, l’espace de quelques heures ou de quelques jours ».

L’Équipe de soins et d’aides à domicile (ESAD) constitue le premier service. Elle est composée de trois professionnels, un ergothérapeute, un psychomotricien et un conseiller en économie sociale et familiale. « Les aidants peuvent faire appel à nous pour un accompagnement concernant leurs démarches administratives liées au handicap, à l’aménagement et l’adaptation du lieu de vie ou encore la prise en charge de sorties au cinéma, au restaurant ou un rendez-vous chez le kiné », liste François Lagrange, psychomotricien de la structure. Cet accompagnement peut se faire sur du long terme ou sur une période définie.

Différents services à la carte

L’établissement propose également un service de balluchonnage. La MAS met à disposition l’un de ses salariés qualifiés pour accompagner une personne en situation de handicap, à son domicile, pour une durée minimum de 12 heures. L’objectif ? Offrir à la famille un moment de répit, le temps d’un week-end par exemple. Cette solution, venue tout droit du Québec, permet le maintien à domicile de la personne sans la couper de ses habitudes quotidiennes.

La MAS a par ailleurs créé le Service d’accueil familial (SAF). Des personnes, salariées de la MAS, hébergent à leur domicile des personnes en situation de handicap. Un travail de repérage est minutieusement réalisé afin de mettre en adéquation les personnes concernées et l’offre d’accueil (aménagement de la maison, composition familiale, liens sociaux). « Cette solution est très longue à mettre en place, mais peut donner d’excellents résultats, assure Pascaline Beghdi, responsable du service. Une réelle complicité s’installe entre la famille d’accueil et la personne hébergée ».

Aujourd’hui, les sollicitations affluent, surtout du côté de L’ESAD. « Nous projetons d’agrandir ce service courant 2018, indique Sophie Breque. Nous sommes un peu victimes de notre succès ».

Pascaline Beghdi, responsable du service d’accueil familial, en compagnie de Sophie Breque, directrice de la MAS.


Mars

Titre : L’accueil familial social s’organise

Journal : La Nouvelle République

Date : 16 mars 2017

Vendredi dernier, Joël Darnault, maire de Rivarennes, a organisé une réunion sur l'accueil familial dans sa commune, de manière générale et notamment au niveau des particuliers. Elle a été animée par Françoise Gental, responsable du service aide et action sociale de la Direction de la prévention et du développement social (DPDS), et Évelyne Trochon, coordinatrice de l'accueil familial de la DPDS.

L'accueil familial social des personnes âgées et adultes handicapés consiste, pour les particuliers, à prendre en charge, à leur domicile et à titre onéreux dès lors qu'ils sont agréés par le président du conseil départemental, des personnes âgées ou handicapées adultes n'ayant aucun lien de parenté.
Il s'agit d'un mode d'accueil intermédiaire entre le maintien à domicile et le placement en établissement.
Pour obtenir l'agrément, l'auditoire a été informé que le candidat doit remplir certaines conditions. Notamment d'être en mesure de garantir la continuité de l'accueil, la protection de la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des personnes accueillies. Ainsi, le logement doit être accessible et être conforme aux normes minimales d'habitat et de salubrité fixées pour l'octroi des allocations logement.
Les candidats à l'agrément doivent adresser une demande écrite au président du conseil départemental, à l'aide d'un imprimé mis à leur disposition par le service aide et action social de la Direction de la prévention et du développement social (DPDS).

Contact: tél. 02.54.47.04.69 (mairie) ; DPDS, tél. 02.54.08.39.59

Voir l’article en ligne

Titre : L’accueil familial : une solution d’avenir ?

Journal : La Dépêche du Midi

Date : 10 mars 2017

Pescadoires

Laurent Fournié

La Dépêche du Midi

Copyright 2017 La Dépêche du Midi All Rights Reserved

L’association des familles d’accueil du Lot a tenu son assemblée générale, mardi 28 février dans la salle des fêtes de Pescadoires. Une trentaine de personnes ont répondu à l’invitation parmi lesquelles un représentant de l’ADMR, l’infirmière coordinatrice du SSIAD local (service infirmier à domicile) et Serge Bladinières, maire. Le président Christian Verniolle a énuméré les différentes actions menées par l’association, dans le but de fédérer les accueillants du département et de créer une nouvelle association FAF France accueil familial. La vice-présidente Sylvie Auzeral a présenté ensuite un bilan financier satisfaisant, avec une constante de 20 adhésions par an (trésorière : Léontine Dagba ; secrétaire : Corinne Marcou).

Toutefois l’accueil familial s’avère en régression : par manque de soutien, beaucoup ont démissionné. L’association regrette le manque d’information à la population. « Pourquoi aucun portrait d’accueillants dans le magazine départemental consacré à 100 portraits de Lotois ? » se demande-t-elle.

Des progrès toutefois : d’ici 2018, tous les accueillants seront rémunérés en chèque emploi-service. « D’ici quinze ans, il faudra créer 500 000 places en Ehpad, ce qui générera 166 000 emplois d’accueillants qui d’après nous ne coûtent presque rien aux contribuables. La moyenne de durée de vie en accueil familial est de 5 ans pour les accueillis, contre 2 en EHPAD, le taux d’encadrement que nous assurons est d’un pour 3. »

À Pescadoires, l’association prévoit une grande kermesse intergénérationnelle nommée part’âge et solid’âge, proposant des jeux d’antan, pour le 1eroctobre.

Contact: AFA46 le batut 46220 Pescadoires 0565403004 ou 0565367398 afa46@hotmail.com

Voir l’article en ligne

 

Titre : ANIMATION DE L'AFA 16 À LA SALLE POLYVALENTE

Journal : Charente Libre

Date : 6 mars 2017

Par Marie-France Dumout, publié le 6 mars 2017, modifié à 21h00.

"Nous exerçons un vrai métier" indique Marie-Madeleine Mitrope, la présidente de l'association famille d'accueil 16 (AFA 16) qui encadrait les familles et leurs accueillis ce dimanche dans la salle polyvalente d'Auge-Saint-Médard (…)

Voir l’article en ligne

 

Titre : Entre familles d’accueil

Journal : Sud-Ouest

Date : 3 mars 2017

Sud Ouest SOUEST GIRONDE

Copyright 2017 Sud Ouest All Rights Reserved.

À l’initiative de Monica Montes, qui tient une famille d’accueil à Bazas, et avec la complicité de Nathalie Goby et Stéphanie Gérard, chargées de suivi au Conseil départemental, un repas autour du bœuf gras a été organisé à Bazas. Il regroupait 11 familles d’accueil représentant la Gironde (venant de Coutras, Gradignan, Le Pian Médoc, Caudrot, La Réole…) en présence également d’Eliane Cluset, psychologue au Bureau d’accueil familial (1). " L’objectif de cette journée, c’est une ouverture sociale sur la vie hors de la maison pour les adultes handicapés et les personnes âgées en résidence en maison d’accueil. C’est aussi une façon d’intégrer les nouveaux accueillants familiaux agréés ".

Sylvie Melliès

(1) Contacter le Bureau des accueillants familiaux au 05 56 99 34 07.

Voir l’article en ligne


 

Titre : Des familles d'accueil pour les personnes âgées

Journal : Le Figaro

Date : 27 février 2017

Agnès Leclair

(c) Copyright 2017 Le Figaro.

Une entreprise sociale vient de se créer pour développer cette alternative encore peu connue à la maison de retraite. FAMILLE «Place disponible 24/24, 365 jours, pour personne âgée (...) dans maison de plain-pied à la campagne avec soins infirmiers...» Surfer sur le Bon Coin, ce n'est pas le premier réflexe des familles en quête de solution pour un parent dépendant. Et pourtant, entre un vélo d'enfant, un lot de chaises et un appartement à louer, on trouve des places d'accueil pour personnes âgées chez des particuliers sur le site populaire de petites annonces sur Internet.

Plus connu dans le domaine de la protection de l'enfance, le système des familles d'accueil existe aussi pour le grand âge ou le handicap. C'est ainsi qu'une maison blanche nichée au milieu des champs, à Lombron, au coeur des pays de la Loire, est devenue le nouveau foyer d'Yvonne, dite «Vonette». Sourire timide et démarche mal assurée, cette vieille dame de 89 ans ne peut plus faire la cuisine seule et souffre de troubles de la mémoire. Mais elle passe ses vieux jours à mille lieues d'un univers de blouses blanches et de plateaux-repas. Depuis trois ans, c'est Agnès, une accueillante familiale agréée par le conseil départemental, qui prend soin d'elle tous les jours et se relève même la nuit pour l'aider si besoin. Un véritable travail d'accompagnement que cette ancienne aide-soignante quinquagénaire effectue seule dans la maison qu'elle a achetée avec son mari pour se consacrer à cette nouvelle activité, rémunérée 1 500 euros par mois par la famille d'Yvonne.

Depuis un mois, la maisonnée compte une nouvelle résidente. Âgée de 82 ans, Janine était devenue trop dépendante pour rester seule chez elle. Repas en famille, parties de dominos dans un vaste salon-salle à manger aux poutres apparentes, promenades dans le jardin-potager en compagnie du chien berger de la maison... Les deux vieilles dames mènent une vie paisible à la campagne. Et si Janine a encore un peu de mal à s'habituer à ce nouvel environnement, elle se raccroche à ses souvenirs qui meublent sa chambre, où les gravures de son village d'enfance côtoient ses photos de famille. «Je ne suis pas complètement chez moi mais autrement, c'est quoi ? L'hospice ?» lance-t-elle. «On est bien là. Ce n'est pas tout à fait comme ma famille mais j'ai ma chambre, mes affaires» , renchérit Yvonne. Notamment sa télévision où elle ne rate pas un épisode des Feux de l'amour.

Solution de prise en charge plus chaleureuse et moins onéreuse qu'une maison de retraite médicalisée, l'accueil familial de seniors dépendants ou de personnes handicapées peine cependant à se développer. Aujourd'hui, cette alternative représente quelque 15 000 places dans toute la France chez 10 000 familles agréées. C'est pour mieux la faire connaître et la développer que l'entreprise sociale « Cette Famille » s'est lancée en juin 2016. Avec, en tête, le succès des réseaux de garde d'enfants comme Yoopala qui essaiment sur la Toile.

« Nombre de départements ne communiquent pas ou peu sur cet accueil familial. On recense près de 30 % de places d'accueil libres en accueil familial alors que certaines familles peinent à une solution pour leur parent âgé. Le roulement pourrait être amélioré grâce à une meilleure mise en relation, explique Paul-Alexis Racine Jourdren, cofondateur de l'entreprise. Nous proposons également de soutenir les accueillants qui se sentent souvent complètement isolés, de nous occuper de la gestion administrative ou encore d'organiser des semaines de vacances pour les personnes âgées dans une autre famille.» Aujourd'hui, la structure peut déjà tabler sur un maillage de 800 familles agréées qui proposent des hébergements pour 1 300 à 1 800 euros mensuels.

Pour déployer cette prise en charge qui stagne depuis une quinzaine d'années, Cette Famille veut également s'appuyer sur un nouveau décret, sorti en décembre, qui établit plus précisément les critères pour agréer des accueillants. Une évaluation indispensable pour s'assurer que les seniors seront accueillis en toute sécurité et éviter des cas de maltraitance.

Agnès, elle, a fait de la bienveillance le premier principe de son métier et s'attache à respecter le rythme de vie et les goûts de ses deux pensionnaires. « Nous nouons une relation de confiance. Ce métier, c'est du partage. Après des années passées à travailler en Ehpad , soupire-t-elle, il y avait des choses que je n'avais plus envie de voir. » « Il ne s'agit pas de prendre la place de leur famille », avertit cependant l'accueillante qui organise tous les mois une rencontre avec les proches des vieilles dames pour maintenir ces liens familiaux. Une condition sine qua non à la prise en charge pour Agnès, qui a déjà refusé des demandes de familles, rencontrées via le Bon Coin, qui semblaient peu soucieuses du sort de leur aîné.

« Ces familles agréées sont une belle réponse sociale aux problématiques de l'accompagnement et de l'isolement des personnes âgées, notamment dans le monde rural. Mais cet accueil n'a pas encore été suffisamment valorisé et professionnalisé. Quid de la question de la dégradation de la santé de la personne accueillie ? Où mettre les limites à la prise en charge ?», interroge le sociologue Serge Guérin, spécialiste du vieillissement de la population*. Pour étendre le système, «il faudra inévitablement améliorer le statut des accueillants familiaux d'adultes», estime enfin Étienne Frommelt, secrétaire général de Famidac, association des accueillants familiaux.

*« La guerre des générations n'aura pas lieu », Pierre-Henri Tavoillot, Serge Guérin, Calmann Levy.

Voir l’article en ligne

 

Titre : Le CCAS a rencontré l'association des accueillants familiaux

Journal : L’Eveil

Date : 25 février 2017


L'Eveil de la Haute Loire


EVHAUT
Eveil
Français
Copyright 2017

Centre France. All Rights Reserved.

Le CCAS a rencontré l'association des accueillants familiaux. Des membres du CCAS de Saint-Germain-Laprade ont rencontré en février l'association « AFA 43 », « association des accueillants familiaux de Haute-Loire »

Depuis 1990 il existe au Conseil départemental un service qui gère l'accueil à domicile de personnes âgées ou handicapées. Le département de la Haute-Loire souhaite encourager ce mode d'accueil parfaitement règlementé. C'est une bonne alternative entre la vie à domicile devenue trop compliquée et l'entrée en maison de retraite.

L'association prospecte pour recruter de nouvelles familles d'accueil.
Pour tout renseignement s'adresser à, association d'accueil familial AFA 43 :

www.accueilfamilialadultes43.fr

Accueilfamilial43@yahoo.com

Service départemental SAFA : 1 place Monseigneur de Galard CS 20310 - 43009 Le-Puy-en-Velay cedex tél 04.71.07.42.81.

Voir l’article en ligne

 

Titre : Hausse de l'espérance de vie : les avantages méconnus du maintien des personnes dépendantes dans un cadre familial

Journal : Atlantico

Date : 24 février 2017 09:00

Valérie Debord Copyright 2017 Atlantico All Rights Reserved

Avec le vieillissement de la population et l'augmentation de l'espérance de vie se présente un nouveau défi pour la France : assurer à séniors le droit de vieillir dans la dignité.

D'ici 2030, un Français sur quatre aura plus de 65 ans. Alors que la population ne cesse de croître, nous vivons également de plus en plus âgés. L'espérance de vie à la naissance d'un Français et d'une Française nés en 2015 est de respectivement 79 ans et de 85 ans, elle devrait atteindre environ 89 ans pour les femmes et 82 ans pour les hommes en 2030. Nous ne pouvons naturellement que nous réjouir de l'allongement de la durée de vie, mais celle-ci nous lance un défi majeur : bien vieillir dans la dignité.

L'élection présidentielle est l'occasion de lancer le débat et de proposer des solutions innovantes sur la prise en charge et l'accompagnement de la perte d'autonomie inhérente au grand âge.

Maintenir dans un cadre de vie familier connu les personnes dépendantes

Notre sécurité sociale repose sur le principe de solidarité. Cette solidarité ses fondateurs l'ont naturellement voulu entre les plus aisés et les moins riches d'entre nous, mais aussi entre les générations. Aussi, l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) permet aux personnes âgées de rester chez elles, même lorsqu'elles ne peuvent plus accomplir seules certaines tâches du quotidien. Grâce à cette aide, plus d'un bénéficiaire sur deux de cette allocation en faveur de l'autonomie a pu se maintenir à son domicile. Aujourd'hui en France plus de 750 000 personnes sont concernées par ces prestations à domicile.

Il s'agit d'un véritable enjeu pour notre société de tout mettre en œuvre pour assurer la meilleure qualité de vie pour les personnes âgées dépendantes. Le maintien à domicile dans un environnement familier et donc rassurant où tant de souvenirs sont attachés est un élément essentiel et le souhait de celles et ceux qui doivent affronter le vieillissement, avec la perte de certaines facultés qu'il peut entraîner. L'accompagnement au quotidien de la famille des personnes âgées dépendantes et savoir comment aider les aidants familiaux devient un enjeu central.

Des dispositifs encore trop peu connus des familles

Si des dispositifs existent force est de constater que si le métier d'assistante maternelle est bien connu, celui d'accueillant familial reste encore trop confidentiel. Preuve en est leur nombre qui n'a que peu progressé depuis 2008 : ils sont encore moins de 10 000, avec une progression de seulement 5,7% en sept ans. Ce chiffre est à mettre en rapport avec le nombre total de personnes âgées dépendantes... Il s'agit pourtant d'une des solutions mise à la disposition des familles.

Des efforts insuffisants qui doivent être amplifiés

La loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement, voulue par le gouvernement, si elle a permis de poser la question de la manière dont la France souhaite répondre au défi de l'allongement de la durée de vie n'a pas apporté les réponses suffisantes car elle n'envisage le vieillissement que comme un phénomène péjoratif.

Au contraire de ce qui a été fait depuis 5 ans, je suis persuadée qu'il est nécessaire d'envisager et d'imaginer davantage des mécanismes ouverts aussi bien aux personnes en perte d'autonomie qu'à l'immense majorité des personnes âgées qui ne souffrent pas de dépendance. Soulevons également la question de la solitude. Face à ce défi auquel sont confrontées un certain nombre de personnes, notamment de plus de 75 ans - ils sont presque 30% à ressentir un phénomène de solitude le développement de l'accueil familial est de nature à apporter des solutions puisqu'il permet l'accompagnement des personnes dépendantes, tout en offrant une convivialité et un maintenant un véritable lien social fortement réclamé par les personnes âgées.

La refonte du statut de l'accueillant familial et une politique plus volontariste de l'Etat sont seuls à pouvoir répondre aux besoins d'accueil des personnes âgées au sein de l'accueil familial pour permettre aux personnes en perte d'autonomie de vieillir dans la dignité.

La question est essentielle, les enjeux sont immenses, nous avons le devoir d'y apporter d'y apporter une réponse sérieuse.

Voir l’article en ligne

 

Titre : Un projet d'accueil familial pour les personnes âgées

Journal : Ouest France

Cancale

Date : 14 février 2017

Ouest France OUESTF
Français
© Ouest France 2017.

L'idée

Cathy Puel, présidente de l'association Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés, souhaite développer une alternative à la maison de retraite. Pour cela, elle envisage de créer une maison familiale dans la commune. Il s'agit de recevoir trois personnes âgées en famille d'accueil, sur l'un des terrains proches de l'hôpital.

Cathy Puel a été sensibilisée dès son plus jeune âge, chez ses parents, à cette fonction assez peu connue, qui intègre des personnes âgées en famille. « Ils venaient et allaient librement, participaient avec nous aux fêtes, à Noël, Pâques, aux anniversaires, et faisaient partie intégrante de ma famille, comme des oncles ou des tantes », se souvient-elle.

Cette idée, dérivée de la pédagogie Montessori, est portée en Europe par l'organisme de formation AG & D (Accompagnement en gérontologie et développements).

Samedi, lors de la présentation du projet à l'Ehpad (Établissement d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes), Véronique Durand-Moleur, directrice exécutive de la société AG & D, a animé l'échange avec le public.

Il s'agit d'apporter davantage d'humanité aux personnes vieillissantes, dont l'âge génère des handicaps, surtout au niveau de la mémoire.

Retrouver de l'autonomie

Lors de la présentation, samedi matin, la méthode, initialement pensée pour les enfants, a été expliquée au personnel, aux bénévoles de l'hôpital et à des élus.

Créée en 1907 par Maria Montessori, cette pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinesthésique. « L'objectif principal est de permettre aux personnes accompagnées de recouvrer une certaine autonomie dans les gestes du quotidien, pour associer dignité et plaisir. C'est une approche globale, centrée sur la personne, et focalisée sur ses potentialités », a expliqué la conférencière. Maintenir les capacités de personnes âgées plus ou moins dépendantes, tout en réduisant certains traitements.

En présence d'Anne Le Gagne, gériatre, conseillère départementale, l'assistance a découvert des expériences réalisées dans des structures qui confient aux résidents l'élaboration d'une charte et des responsabilités, comme l'accueil des nouveaux pensionnaires.

La directrice de l'hôpital des Prés-Bosgers, Dominique Radureau, a été très favorable à cette conférence d'autant qu'elle se rapproche de la méthode « humanitude » utilisée dans l'établissement.

Contact : armelle.delaune@orange.fr

Véronique Durand-Moleur (face à l'ordinateur) a présenté la méthode Montessori appliquée aux aînés, samedi, à l'Ehpad.

Voir l’article en ligne

 

 

Titre : Ils hébergent un retraité chez eux

Journal : La Republique des Pyrénées

Date : 9 février 2017

La République des Pyrénées
PYREN
6
Français
Copyright 2017 La République des Pyrénées All Rights Reserved

Alternative à la maison de retraite, l’accueil familial est encore mal connu. Un colloque sur le thème « vivre ensemble sous le même toit » est organisé ce jeudi à Orthez

Reportage

Il est 15 heures ce lundi quand Pierrot, confortablement installé dans son fauteuil au coin de la cheminée, sort de sa sieste. Pierre-Henri Poulit, que tout le monde ici appelle Pierrot, a adopté cette vaste et chaleureuse demeure du hameau de Lestelle. La réciproque est vraie. « Ici, c’est comme à la maison », témoigne ce natif d’Izeste, la casquette vissée sur la tête. En moins de six mois, l’ancien ouvrier de Messier, qui fêtera en mars ses 96 printemps, est devenu un familier de cette ferme des coteaux qui surplombent Bétharram.

Ancienne aide-soignante

Là, Gilbert Gaye élève des brebis à viande, des Blondes d’Aquitaine et des veaux. Michelle, son épouse accueille depuis 18 mois des anciens en mal de vie de famille. Un tournant dans la vie de cette ex-ouvrière chez SEB à Lourdes, devenue aide-soignante à la maison de retraite de son village. « Grâce à Facebook, j’avais retrouvé une amie qui est aujourd’hui accueillante familiale en Seine-et-Marne. Je me suis dit que c’était pas mal », relate cette Béarnaise d’adoption à l’accent toujours un peu parisien. On comprend que c’est plutôt avec son mari que Pierrot échange en Béarnais. Un peu hésitante à l‘idée de quitter un emploi salarié, c’est l’enthousiasme de Gilbert qui l’a convaincue, il y a quelques mois, de franchir le pas : « Il a trouvé génial mon projet d’avoir une activité sur place. Pour un agriculteur, c’est idéal d’avoir toujours quelqu’un à la maison ». Le petit dernier d’une fratrie recomposée, Rémi, 11 ans à l’époque, était content également, à l’idée d’avoir sa mère à la maison. Reste que les échanges avec Jeannette (90 ans) la première personne âgée accueillie, étaient réduits par l’extrême dépendance et l’aphasie de cette dernière. « Elle ne me parlait pas, mais elle me souriait », confie Michelle. Mère de l’une de ses connaissances, la vieille dame, qui ne s’adaptait pas en maison de retraite, est arrivée en septembre 2015 dans la famille Gaye. Elle est décédée en juin 2016 après un court séjour à hôpital. L’ancienne aide-soignante a géré avec professionnalisme cette première « invitée ».

Il a retrouvé un foyer

La vie lui paraît d’autant plus facile que Pierrot, certes plus âgé que Jeannette, conserve bon pied, bon œil et un solide appétit. « Il adore le restaurant et a tenu à nous offrir une bûche pour Noël et une galette pour les rois ». Pierrot partage la vie de la maison comme s’il était le papy de la famille. « Nous l’avons emmené en Espagne, à la plage à Saint-Jean-de-Luz, au cinéma voir le dernier film avec Omar Sy. Il vient avec moi faire les courses et pousse le chariot. Il discute souvent avec Rémi », raconte Michelle. Sorti du centre hospitalier des Pyrénées qu’il vivait comme une prison et où il n’était pas vraiment à sa place, ce veuf sans famille connue a retrouvé un foyer à Lestelle. « Je vais dehors sous les arbres s’il fait beau. On va en voiture faire les commissions. J’ai toujours beaucoup de plaisir à voyager », confirme Pierrot qui a une chambre individuelle au rez-de-chaussée de la maison.

Contrats de gré à gré

Michelle n’oublie pas pour autant que ses « invités âgés » sont aussi ses employeurs. Des contrats de gré à gré, encadrés par le conseil départemental régissent les rapports entre accueillants et accueillis. Suivant les niveaux de dépendance, les salaires (auxquels s’ajoutent diverses indemnités) varient entre 1 410 et 1750 € mensuels, pour une disponibilité totale. Elle serait prête aujourd’hui à demander un agrément pour un deuxième « invité » une fois surmontées les « lourdeurs administratives ».

Jean-Marc Faure —ijm.faure@pyrenees.com

Accueillant familial : l’activité ne s’improvise pas

142 personnes âgées et/ou handicapées bénéficient dans le département d’un accueil familial de la part de 98 familles d’accueil (167 places agréées). Ces familles sont réparties à 60 % en Béarn et 40 % au Pays Basque.

Ce type d’accueil constitue une alternative aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad, ex-maisons de retraite ou autres établissements pour adultes handicapés).

Il concerne les adultes handicapés (20 à 60 ans) les + de 60 ans dépendants et les personnes handicapées vieillissantes. Ce mode alternatif permet une prise en charge personnalisée et un maintien dans le tissu social, parfois près de la famille. Son coût est généralement moindre qu’un accueil en établissement.

Suivi médico-social

Longtemps réalisé de façon informelle, cet accueil familial est codifié depuis 1989. En 2013, le conseil général (devenu départemental) a structuré un pôle administratif d’accueil familial, qui assure un suivi médico-social par ses maisons de la solidarité départementale (MSD). Il est notamment assuré par l’infirmière de la MSD avec le réseau qui comprend le médecin traitant, le service de tutelle ou le référent familial et l’équipe médicale qui suit la personne.

Si aucun diplôme, ni formation initiale ne sont requis pour exercer cette activité, une formation aux premiers secours est obligatoire. Le département professionnalise néanmoins les accueillants avec 20 à 60 h de formation initiale et 20 h de formation continue annuelle.

Les revenus mensuels de l’activité d’accueil familial sont faits de l’addition d’un salaire évalué à 2,6 h de smic/jour abondé (ou non) par un complément lié au niveau de dépendance de l’accueilli (de 263 à 341 €), d’un forfait pour les frais d’entretien (539,85 €) et d’un forfait couvrant le loyer de la pièce mise à disposition (190,32 €) d’un minimum de 9 mètres carrés, soit un total variant de 1 410 € à 1673 € nets.

A noter que l’acte d’accueil se concrétise par la signature d’un contrat de gré en gré entre la personne accueillie (ou sa tutelle) qui devient l’employeur de l’accueillant.

Pour obtenir un agrément, le candidat accueillant doit remplir un dossier administratif complet, prévoyant des remplaçants en cas d’absence ou de vacances.

Jean-Marc Faure —ijm.faure@pyrenees.com

Renseignements : pôle accueil familial personnes âgées et adultes handicapés du conseil départemental. Tél : 05 59 40 52 10/11.


Voir l’article en ligne


Titre : Une troisième Maison d'accueil familial

Journal : La Montagne

Date : 21 janvier 2017


La Montagne
LAMONT
La Montagne-Cantal
Français
Copyright 2017. Centre France. All Rights Reserved.

Une troisième Maison d'accueil familial. Depuis quelques jours, la troisième Maison d'accueil familial pour personnes âgées et/ou personnes handicapées est opérationnelle sur Neuvéglise. Pour célébrer la fin des travaux concrétisant ce projet, l'accueillant familial agréé, Olivier Kornprobst et son épouse Véronique ont procédé, en toute convivialité, à une inauguration du nouveau lieu.

Le maire Céline Charriaud, l'adjoint Joël Laborie, des représentants des professions médicales, les résidents des différentes maisons et leurs accueillants familiaux étaient présents. Jocelyne Mazarguil, chef de projet « aide sociale » du Conseil départemental et Elisabeth Thomas, formatrice pour accueillants familiaux, participaient également. Olivier Kornprobst a dit toute sa satisfaction de voir, un an après le début des travaux, l'ouverture de cette troisième structure située en plein coeur du village. Non sans émotion, il a souligné « le remarquable accueil de la municipalité et de la population » quand, avec Véronique, il s'est installé en 2014 à Neuvéglise.

Cette troisième Maison dispose de trois chambres (une place est encore disponible). Elle a pour vocation de permettre aux résidents d'être impliqués pleinement dans le quotidien (cuisine, activités diverses, rencontres avec les résidents des autres maisons d'accueil). Un travail régulier est mené en lien avec les familles et les services sociaux. Et Olivier d'ajouter : « les personnes accueillies ne sont pas dans leur chambre pour attendre que la journée se passe mais dans un lieu agréable où elles ont encore un rôle total à jouer, même s'il peut être parfois réduit en fonction de l'âge ou du handicap ».

Pour tout renseignement concernant cet accueil familial pour personnes âgées, contacter Olivier Kornprobst au 06.27.01.67.41 ou accueilfamilial15@gmail.com

Accueil très familial


Voir l’article en ligne


 

Titre : L’accueil familial s’organise

Journal : La dépêche

Date : 25/10/2016

L'accueil familial de personnes âgées et adultes handicapés est un mode d'accueil intermédiaire entre le maintien à domicile et l'hébergement en établissement, qui permet (…)

Voir l’article en ligne


Titre : Accueil familial, une alternative à un hébergement en institution

Journal : Le Populaire du centre

Date : 21 septembre 2016

À Linards petite commune de la Haute-Vienne, Babeth Destouches vient d'avoir un agrément délivré par le conseil départemental, pour accueillir deux personnes âgées handicapées de plus de 60 ans.

Un projet qui lui tenait à cœur

Samedi avait lieu l'inauguration en présence de nombreuses personnes. L'accueil familial, et une solution d'hébergement encore peu développé dans notre région. Accueillir des personnes âgées chez soi, c'est le choix de Babeth Destouches, domiciliée à Beaubiat « j'ai eu envie de leur donner une autre façon de continuer leur vie ailleurs qu'en institution, lorsque le maintien à domicile n'est plus envisageable ». Babeth, aide-soignante depuis plus de 30 ans, dont 15 ans auprès de personnes âgées, a décidé de s'investir totalement. Dans une maison à la campagne proche de tous commerces et services à domicile, elle propose aux personnes hébergées : des chambres individuelles, un accompagnement dans un cadre familial (qui leur permet de bénéficier d'une présence aidante stimulante), des soins personnalisés, de l'attention et de l'écoute. Des après-midi récréatifs ou reposants entourés de verdure et d'animaux. Ce projet lui tenait à cœur depuis plusieurs années. Son idée, elle l'a mûrie, « c'est un choix très réfléchi ». La famille d'accueil est une solution alternative. Ce peut être un accueil temporaire ou permanent. Assez peu connu en Haute-Vienne, l'accueil familial mieux personnalisé, coûte moins cher aux familles.

Contact. Babeth Destouches, Beaubiat 87.130 Linards. « L'Oustal », 05.55.58.94.73.

Voir l’article en ligne


2015

Novembre

Titre : Creusalis construit une maison d’accueil pour personnes âgées écolo et innovante

Journal : La Montagne

Date : 13 novembre 2015

Saint-Marc-à-Loubaud, commune du Plateau de Millevaches, accueillera la première construction de l’office public d’HLM de la Creuse bénéficiant d’une isolation en paille.

Creusalis (office public de l'habitat en Creuse) construit actuellement une maison d'accueil pour personnes âgées à Saint-Marc-à-Loubaud sur une ossature bois et avec une isolation en paille. Ce projet confirme la volonté du bailleur social de la Creuse d'adapter son offre de logements aux différentes problématiques des habitants du département et de s'engager sur le plan de construction dans une démarche innovante.

Une visite réservée aux professionnels et aux porteurs de projets est organisée, mardi 17 novembre à Saint-Marc-à-Loubaud dés 10 heures puis à Faux-la-Montagne, à partir de 14 h 30 dans une maison dans l'éco-hameau du Four à pain.

Le bâtiment dessiné par les architectes Pierre Barnérias et Charlotte Cornevin se démarque par sa conception innovante et le choix des matériaux alliant performances et respect de l'environnement. L'architecture est bioclimatique, c'est-à-dire que tout a été fait pour tirer le meilleur parti des conditions du site et son environnement : ossature en bois local, isolation réalisée en bottes de pailles, une première pour Creusalis.

Les espaces sont répartis sur deux étages, avec 3 chambres, une salle de bain privative, une salle de vie communes et une cuisine. L'étage est réservé aux accueillants.

L'originalité c'est que les résidents ou personnes accueillies seront accompagnés au quotidien par une famille d'accueil. Le centre hospitalier de Bourganeuf assurera la gestion de la structure avec l'aide du Conseil départemental.

Cette formule est destinée à accueillir des seniors ne disposant plus de l'autonomie suffisante pour vivre à leur domicile de façon indépendante.

Jean-Luc Léger, maire de la commune avait sollicité Creusalis pour entreprendre cette nouvelle formule de logement des seniors. La commune a cédé gracieusement le terrain pour l'implantation de cette maison et la Creuse Grand Sud a apporté son soutien. Cette maison sera livrée à la fin de cette année.

Claude Monnerie

Voir l’article en ligne


Titre : L’accueil familial veut se faire connaître

Journal : Sud Ouest

Date : 8 juin 2015

Jeudi 28 mai, Dominique Marceteau, le maire de Miallet, accueillait à la salle des fêtes Jean-François Beaudelin et Fabienne Torres, du Conseil départemental, accompagnés de Christine Tramois du Centre local d’information et de coordination (Clic) Nord Dordogne. Une séance d’information sur l’accueil familial était organisée et pour l’ouvrir, le film « Portraits de familles : l’accueil familial en Périgord vert », de la réalisatrice Laura Leeson, était projeté. Il présente quatre familles d’accueil installées dans le Périgord vert. Quatre parcours différents, mais qui se rejoignent sur un projet commun : accueillir des personnes âgées ou des adultes handicapés à domicile, au sein de leur famille.

L’accueil familial des adultes consiste à prendre en charge à son domicile une ou des personnes dépendantes dont on devient l’employé. L’accueillant doit garantir la protection de sa santé, sa sécurité et son bien-être physique et moral. Le Conseil départemental de la Dordogne souhaite que le mode d’hébergement en accueil familial soit mieux connu et que le métier soit davantage reconnu. Le schéma départemental 2009–2013 en direction des personnes âgées préconisait le maintien des effectifs. En 2013, l’objectif a été atteint. Le bilan de ces manifestations a mis en valeur la qualité de sa réalisation. L’année 2012 a été consacrée à une campagne d’affichage dans toutes les mairies et établissements et services médico-sociaux du département.

Le film présenté a été tourné Périgord vert notamment, car le territoire compte un faible effectif d’accueillants familiaux, avec 40 familles agréées, soit 17 % des effectifs du département.

En fin de réunion, un échange entre les animateurs et les personnes présentes a pu se faire. Des membres de famille d’accueil ont témoigné, ce qui complétait les informations sur ces délicats sujets que sont les problèmes causés par la vieillesse et la dépendance.

Renseignements auprès du pôle personnes âgées du Département au 05 53 02 27 27 ou par cour- riel : jf.baudelin@dordogne.fr ou f.torres@dordogne.fr.

Jean-Louis Cordier

Voir l’article en ligne

Haut de page - Retour à la page d'accueil - Formuler une demande de place en accueil familial à CetteFamille - Se déclarer accueillant familial disponible à CetteFamille


Partager cet article sur   Cettefamille sur Facebook