Aidants familiaux

Accueil familial : 10 bonnes questions à se poser

19 juillet 2018 No Comments
10 questions sur l'accueil familial

L’accueil familial est une réponse méconnue à la perte d’autonomie. La profession est pourtant pratiquée par près de 10 000 familles accueillantes en France. Nous avons déjà parlé en détail de la présentation de l’accueil familial, nous allons maintenant faire un tour d’horizon des questions fréquentes sur le sujet.

1. L’accueil familial est-il temporaire ou permanent ?

Tout dépend de la situation de la personne accueillie et de son projet de vie. L’accueil familial est souple, il en existe plusieurs sortes. L’important est de faire l’inventaire de ses besoins avant de s’engager dans l’une ou l’autre formule, temporaire (quelques jours, semaines, mois) ou permanente. Un accueil temporaire peut être intéressant dans plusieurs cas :

  • Une transition entre deux lieux de vie,
  • Les vacances des aidants (les enfants, qui s’occupent de la personne au quotidien, par exemple),
  • Soulager temporairement les aidants.

L’accueil temporaire peut aussi être une solution intéressante pour un senior qui souhaiterait tester l’accueil familial avant de s’engager pour une plus longue durée.

L’accueil permanent est quant à lui particulièrement recommandé comme alternative aux établissements d’hébergement collectif. Il l’est d’autant plus pour un individu qui n’a pas besoin de soins médicaux trop lourds.

2. Où peut-on trouver des familles d’accueil ?

Le choix du lieu d’hébergement est un point clef dans la réussite de l’accueil familial. Il existe presque 10 000 accueillants en France ce qui permet un large choix de lieux de vie. Chaque département est pourvu de familles accueillantes, mais toutes n’ont pas forcément de place au moment où vous en cherchez.

Il convient donc de privilégier les besoins de la personne accueillie : souhaite-t-elle se rapprocher de ses enfants ? Souhaite-t-elle être à proximité de son lieu de vie historique ? Quels sont ses sorties favorites ?

Il faut également prendre en compte l’importance de la vie culturelle et associative, et les commerces pour les personnes les plus autonomes. De la même manière, la présence d’infrastructures médicales (spécialisées ou non) est un point crucial à prendre en compte.

Chez CetteFamille, notre spécialité est l’accompagnement des proches et des accueillis pour trouver une famille d’accueil. Parlons-en.

3. Dans quel environnement vivent les accueillis ?

Les personnes âgées ou en situation de handicap accueillies habitent au domicile de leur famille d’accueil. Elles sont intégrées à la vie de famille, et vivent dans l’une des chambres de la maison, comme un membre de la famille.

Pour le bien-être de la personne hébergée, il faut prendre en compte son histoire. Si l’accueilli a toujours habité dans un milieu rural, il lui sera compliqué de se retrouver en plein cœur d’un centre urbain. Parallèlement, il est déconseillé pour un habitué de la ville de se retrouver en campagne quand cela n’est pas une demande expresse de sa part.

4. Quel est le niveau de confort en accueil familial ?

Le confort est la clef de l’accueil. Les accueillants sont des professionnels, formés pour que le séjour se déroule dans les meilleures conditions. Cependant les niveaux d’équipement peuvent être différents selon la maison (plain-pied, chambre au 1er étage, avec ou sans jardin, salle de bain indépendante…). Il est indispensable de faire un point sur le confort actuel de la personne qui sera accueillie et de sélectionner les éléments « incompressibles » nécessaires à son confort.

Quoi qu’il arrive, les personnes accueillies sont prises en charge par la famille d’accueil, dont le métier est d’en prendre soin. Outre les conditions de bien-être de santé, les familles vérifient que les accueillis soient bien installés dans la chambre, que les rideaux soient bien tirés la nuit pour ne pas nuire au sommeil, que la température ambiante soit agréable, que le programme TV satisfasse toute la famille, etc. La personne âgée ou en situation de handicap est intégrée comme membre de la famille à part entière.

5. Quel est le prix mensuel de l’accueil familial ?

En plus de tous les avantages de cette solution, l’accueil familial a un coût bien moindre qu’une maison de retraite. Il faut compter en moyenne autour de 1 500€ par mois pour un accueil classique (relativement autonome) et autour de 2 000€ par mois pour une personne plus dépendante. Cette page détaille l’ensemble des coûts qui contribuent à ce total. Ces prix sont indicatifs et seront fonction des installations de la maison et des missions réalisées par l’accueillant. Ce prix peut être divisé en trois postes : le loyer, les frais d’entretien du quotidien, le salaire de l’accueillant (y compris les charges URSSAF).

Pour faire face au prix de l’accueil, un certain nombre d’aides sociales sont disponibles.

6. A quelles aides financières peut-on prétendre en accueil familial ?

L’accueil familial bénéficie des mêmes aides que les maisons de retraite. Les aides financières permettent de réduire le coût de l’accueil pour le senior. Hors spécificité départementale, on retrouve principalement 4 aides : l’APA (Aide pour l’Autonomie), l’APL (Aide pour le Logement), l’Aide sociale (versée par le département) et la réduction d’impôt. Ces aides peuvent représenter de 100€ à 600€ par accueil. Nous avons résumé pour vous toutes les aides auxquelles votre proche a droit sur cette page. 

7. Quel est le niveau de dépendance d’un accueilli en accueil familial ?

L’accueil familial est plutôt adapté à des personnes pas ou faiblement dépendantes. Les personnes qui bénéficient d’un suivi médical lourd seront plutôt accueillies dans des établissements spécialisés. Toutefois, un certain nombre d’accueillis qui voient leur dépendance augmenter souhaitent rester dans le cadre confortable de la maison et ne pas rejoindre un EHPAD. Dans ce cas, le contrat doit être légitimement adapté pour prendre en compte les spécificités de l’évolution de santé de la personne accueillie.

Pour établir le niveau de dépendance, la grille AGGIR permet d’évaluer le niveau de dépendance de 1 (très dépendant) à 6 (très autonome). L’accueil familial concerne les personnes dont le GIR est compris entre 3 et 6.

Pour vérifier quel est le GIR de votre parent, vous pouvez consulter un médecin généraliste ou faire une simulation sur notre site.

8. Quel contrat lie la famille d’accueil et les personnes accueillies ?

Avant l’arrivée dans la maison, un contrat doit être directement signé entre l’accueillant et l’accueilli (il s’agit d’un contrat de gré à gré). Le gouvernement a publié un contrat type en 2010 qui sert de référence pour l’établissement des contrats d’accueil.

L’accueilli jouit de plusieurs droits relatifs à la qualité de son accueil. En échange, il doit verser un salaire à son accueillant familial et s’acquitter des cotisations de Sécurité sociale. Selon les cas, il peut demander une exonération de cotisations patronales d’assurance maladie, maternité, invalidité, décès, vieillesse et allocations familiales.

9. Où chercher une famille d’accueil pour personnes âgées ?

Différentes sources permettent de trouver les familles d’accueil disponibles proche de chez vous.

  1. Les départements, à travers les services sociaux, doivent tenir une liste à jour des places disponibles.
  2. Pour avoir accès à la plus grande base d’annonces au niveau national, on peut également consulter les annonces du site cettefamille.com qui propose de nombreux services, sélectionne et vérifie chaque contact sur son site.
  3. L’association Famidac, référence en la matière, propose également sur son site des annonces.
  4. D’autres sites comme leboncoin sont plutôt à éviter.

10. Quelles sont les missions de l’accueillant familial au quotidien ?

Les accueillants professionnels ont des profils variés et viennent d’horizon divers (anciens aide-soignants, infirmiers, auxiliaires de vie, éducateurs,..). Pour certains, devenir accueillant leur permet de perpétuer le soutien apporté à un proche durant une période donnée, pour d’autres c’est la possibilité de travailler à domicile pour voir grandir ses enfants. Les accueillants familiaux sont formés par le département qui va ensuite, après enquête, distribuer un agrément pour 1 ou 2 ou 3 accueils. Les missions de l’accueillant sont multiples. Entre autres :

  • Préparation des repas et éventuellement aide à la prise du repas
  • Organiser et faciliter le suivi médico-social – et avoir recours à des médecins voire des personnes du corps médical si la personne accueillie en a besoin
  • Suivi des formations nécessaires (notamment sur la psychologie des personnes âgées)
  • Proposer une solution d’accueil de remplacement
  • Gestion des activités quotidiennes
  • Ménage
  • Blanchisserie
  • Ateliers et jeux
  • Accompagnement dans la gestion administrative
  • Accompagnement dans la réalisation des tâches du quotidien